LaboFnac

On a pu jouer quelques parties de Super Smash Bros. Ultimate

Après Pokémon: Let's Go et Dragon Ball FighterZ pour Switch, Super Smash Bros. Ultimate s'est laissé découvrir à l'occasion d'un événement organisé par Nintendo à la suite de l'E3. Nous avons pu accéder à une build jouable, qui mettait en avant une partie de l'énorme casting de personnages qui sera au rendez-vous en décembre prochain.

Annoncé au tout début du mois de mars, Super Smash Bros. Ultimate s’est montré en détail au grand public durant l’E3, à l’occasion du Nintendo Direct organisé par son concepteur. Les médias et visiteurs qui se sont rendus au salon californien ont pu essayer le titre phare de la fin d’année 2018 à venir sur Nintendo Switch. Même tarif à Paris lors d’une session de rattrapage à laquelle nous avons assisté. Voici ce qu’il faut retenir de ce premier contact.

Super Smash Bros. Ultimate

© Nintendo

Super Smash All-Stars

Rappelons que Super Smash Bros. Ultimate est en réalité l’épisode All-Star de la franchise brawler de Nintendo. C’est simple, tous les personnages qui ont un jour participé à l’aventure sur GameCube, Wii, Wii U et 3DS, reviennent dans cette mouture Switch. Le casting est naturellement conséquent : 66 personnages seront jouables, et ce sans passer par la case DLC. On dénombre d’ailleurs deux nouvelles additions pour cet opus : les Inklings de Splatoon, mais aussi Ridley de Metroid Prime. Nintendo a également mis en avant The Legend of Zelda: Breath of the Wild, dont Link tire son apparence dans cet épisode.

La démo présentée par Nintendo nous a permis de faire quelques duels et de prendre en main les deux nouveaux personnages. Ridley peut ainsi cracher une ou plusieurs boules de feu en salve suivant le temps que l’on passe à charger sa capacité. Il lui est également possible d’utiliser sa queue pour infliger de lourds dégâts et même faire tomber son adversaire en relâchant le bouton au bon moment. Sa propension à infliger de lourds dégâts assez rapidement semble être une caractéristique assez marquée de Ridley, même si les développeurs ont assuré que ses coups les plus menaçants comportent de gros risques, histoire de contrebalancer cette première forte impression.

Super Smash Bros. Ultimate 1

© Nintendo

Les Inklings, de leur côté, semblent être beaucoup plus techniques à aborder. Une barre d’encre sera manifestement au centre du gameplay des personnages issus de Splatoon, et chaque coup spécial puisera dans cette jauge. Il sera évidemment possible de la remplir suivant une manipulation. Autrement, on a pu projeter de l’encre sur notre adversaire du jour, mais aussi le bloquer sur place en l’enjambant grâce à un rouleau de peinture. Comme pour Ridley, il est assez difficile de juger les Inklings sur une prise en main aussi courte, mais le fun était bien au rendez-vous. C’est d’ailleurs ce que l’on demande principalement à un Smash Bros.

Vers un Smash 4.5 ou un 5 ?

Il est assez complexe d’avancer un avis définitif et exhaustif sur l’intégralité du titre avec seulement une petite dizaine de minutes à notre actif. Le rendu en jeu, toujours au niveau des standards auxquels aspire Nintendo, est tout à fait propre, forcément un peu au-dessus de la version Wii U. Le framerate n’a également jamais souffert de ralentissements durant nos duels. On peut par ailleurs noter un rythme de jeu un peu plus soutenu et dynamique que les précédents opus de la série, ce qui devrait théoriquement laisser moins de part à un style défensif. On a également retrouvé les fidèles « Assists », ces objets que l’on ramasse au sol pour bénéficier d’un bonus (et parfois subir un malus) et changer le cours de la bataille, et de nouveaux items ont profité de ce détour sur Switch pour s’inviter en jeu.

Super Smash Bros. Ultimate 2

© Nintendo

Le mode de jeu que nous avons écumé lors de notre essai était le classique duel avec pourcentages. Plus le pourcentage d’un personnage est haut, plus il est susceptible de sortir du terrain de jeu, le but étant de faire sortir ses ennemis le plus de fois possibles pour remporter la victoire. À ce titre, un nouvel élément d’interface nous indique notre éloignement par rapport à la plateforme principale du terrain dès lors que l’on est envoyé au loin. Une trouvaille bienvenue pour mesurer l’étendue du pétrin dans lequel on est fourré, ou tenter un retour désespéré si tout n’est pas perdu.

Dans l’absolu, le ressenti offert par le jeu est résolument Smash Bros.-esque. Ce qui est très rassurant pour les joueurs déjà conquis par la formule sur les consoles précédentes. Ils pourront donc craquer sans crainte le jour de la sortie de cet Ultimate. Il ne nous reste plus qu’à citer en vrac certains des éléments mis en avant par Nintendo, comme le retour du mode à huit joueurs, l’apparition de nouveaux champs de bataille (et le retour d’anciens, sur lesquels nous nous sommes principalement aventurés pendant la démo), ou encore l’utilisation de l’apparence d’autres personnages des univers de Nintendo pour changer un peu de saveur. Ainsi, une Peach pourra prendre la forme alternative d’une Daisy, alors que Bayonetta pourra revêtir son costume du premier opus de la franchise éponyme.

La seule inconnue qui subsiste encore dans l’équation est le comportement du jeu en mode tablette, ce que l’on devrait pouvoir vérifier plus tard. La parution de Super Smash Bros. Ultimate est attendu le 7 décembre prochain, sur Nintendo Switch uniquement.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.