LaboFnac

Les Pays-Bas partent en guerre contre les loot boxes, considérées comme des jeux d’argent

Nouveau rebondissement au sujet des loot boxes. Les Pays-Bas, par le biais de leur autorité de régulation des jeux, ont en effet déclaré hier que certains modèles de caisses de butin étaient comparables à des jeux d'argent. Ils demandent ainsi aux développeurs et éditeurs d'effectuer des modifications à ces systèmes qu'ils qualifient d'addictifs.

Les Pays-Bas sont attentifs à la question des caisses de butin, les fameuses loot boxes, comme en témoigne une publication sur le site de l’organisme traitant des jeux dans le pays. L’autorité hollandaise s’est en effet penchée sur les loot boxes de 10 jeux, parmi les plus populaires du moment. Elle a indiqué que dans le lot, quatre jeux contreviennent à son « Gambling and Gaming Act », c’est-à-dire à ses disposition relatives aux jeux d’argent et aux paris. En cause, le contenu des caisses dépendant du hasard, la possibilité d’échanger les lots en dehors du jeu, ce qui a pour effet d’attacher une valeur marchande aux différents butins. On peut notamment penser à des jeux comme Dota 2 ou encore Counter-Strike: Global Offensive, dont les objets in-game peuvent être utilisés sur des sites de paris ou même vendus sur le marché de la communauté contre de l’argent réel.

Loot box

© Valve

Si l’organisme n’a pas donné le nom des jeux contrevenants, on peut assez aisément deviner certains des titres mis en cause. Mieux, NOS a dévoilé que ce sont FIFA 18, Dota 2, PlayerUnknown’s Battlegrounds et Rocket League qui sont dans le collimateur de l’autorité de régulation. « Proposer ce type de jeux de hasard aux joueurs hollandais sans licence [de jeu] est interdit » a souligné l’organisme à la fin de son étude. De ce fait, ces quatre titres nécessitent ont désormais besoin d’une licence pour les jeux de hasard afin de pouvoir être commercialisés dans le pays et ne pas tomber sous le coup de la loi.

« Les loot boxes sont semblables aux jeux d’argent comme les machines à sous ou les roulettes, en ce qui concerne le design et les mécaniques de fonctionement », a analysé l’organisme hollandais, ajoutant que des éléments addictifs étaient ajoutés en prime, afin d’inciter les joueurs à repasser à la caisse encore et encore. Les effets visuels qui récompensent les joueurs en toutes circonstances, même lorsque le tirage est mauvais, et la possibilité d’ouvrir les caisses à la chaîne sans temps mort sont ainsi évoqués dans le rapport. Les caisses de butin répondant à ces critères devront être modifiées par les éditeurs et développeurs d’ici au 20 juin prochain, sans quoi le pays intentera des actions en justice contre les jeux qui n’ont pas suivi les recommandations de la Kansspelautoriteit, avec à la clé une amende dans le meilleur des cas, ou dans le pire, un bannissement.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.