LaboFnac

PlayStation 5 : Sony détaille l’équipement de sa prochaine console

Quelques jours après Microsoft, Sony a finalement pris la parole pour dévoiler ce que renfermera sa prochaine console : la PlayStation 5.

Alors qu’aurait dû se tenir cette semaine la Games Developer Conference, reportée à cet été à cause de la pandémie de covid-19, la division PlayStation de Sony a tout de même tenu à donner une conférence à huis clos et retransmise en ligne ce 18 mars. Une prise de parole très attendue, puisqu’elle devait permettre d’évoquer un peu plus en détail la concurrente de la Xbox Series X déjà largement détaillée par Microsoft. C’est donc désormais chose faite. Voici ce que l’on sait désormais de la PlayStation 5, attendue pour rappel pour les fêtes de fin d’année avec la nouvelle Xbox.

Logo PlayStation 5

© Sony

AMD également au cœur de la PS5

Disons-le tout de suite. Sony a fait le choix de garder le design de sa console secret pour l’instant. On connaît en revanche les principaux composants qu’elle renfermera. Comme Microsoft, la firme nippone a fait le choix d’un CPU AMD Zen 2 auquel s’ajoute un GPU RDNA 2 capable là aussi de gérer le ray tracing pour les effets de lumière. On note toutefois pour le premier une fréquence un peu moins rapide, de 3,5 GHz contre 3,8 GHz pour la Xbox Series X qui s’appuiera en outre, pour le second, sur 52 unités de calcul quand Sony n’en propose que 36 avec une fréquence toutefois plus élevée, de 2,23 GHz contre 1,825 GHz.

Présentation PlayStation 5

© Capture d’écran / Sony

Pas de quoi rattraper sa concurrente toutefois en termes de puissance brute. La PS5 vise les 10,3 TFLOPS quand la nouvelle Xbox entend plutôt monter à 12, mais Sony met en avant d’autres atouts et notamment la stratégie de fréquence variable choisie pour le fonctionnement de l’APU, totalement différente de celle adoptée pour la PS4.

« Nous faisons tourner les CPU et GPU en mode boost de manière continue. Nous fournissons une charge importante d’énergie électrique et augmentons ensuite la fréquence du GPU et CPU jusqu’à atteindre les capacités de la solution de refroidissement du système […] Plutôt que de tourner à une fréquence constante en laissant la consommation s’adapter en fonction de la charge de travail, nous tournons à consommation quasi-constante en laissant la fréquence s’adapter à la charge de travail. »

Présentation PlayStation 5

© Capture d’écran / Sony

Tout cela reste pour l’heure assez théorique, mais cela devrait permettre de mieux anticiper les montées en température et donc de faciliter le refroidissement de la PS5 afin de maintenir un niveau de performances constant. En revanche, aucun détail concernant le système de refroidissement pour l’instant.

Un SSD customisé de 825 Go ultra-rapide

Sony rappelle également au passage que le GPU de la PS4 comptait 58 unités de calculs, mais qu’elles ne sont en rien comparables avec celles du RDNA 2 choisi pour la PS5, bien plus grandes et comprenant chacune 62 % plus de transistors. L’expression de la puissance en TFLOPS est également difficile à comparer d’une génération à l’autre en raison du changement d’architecture. La firme semble toutefois confiante quant aux capacités de sa prochaine console, mais c’est aussi parce qu’elle mise beaucoup sur la mémoire, et surtout sur son unité de stockage.

Présentation PlayStation 5

© Capture d’écran / Sony

La PS5 inclura ainsi 16 Go de RAM GDDR6, comme la Xbox Series X, mais s’appuiera pour le stockage sur un SSD customisé d’une capacité de 825 Go et capable de vitesses de transfert jusqu’à 5,5 Go/s grâce à une interface sur 12 canaux en interne et à la dernière norme PCI express (4.0) exploitée sur un connecteur à 4 lignes pour le raccordement au système. Il devrait ainsi être possible de profiter de temps de chargement nettement plus courts que sur PS4, voire inexistants.

Sony ajoute qu’un emplacement a été prévu en interne pour permettre d’étendre la capacité de stockage de la console avec des SSD M.2 compatibles, mais dont la liste ne sera communiquée qu’ultérieurement. Pour l’heure, il semble au moins indispensable qu’ils utilisent eux aussi la dernière norme PCIe, et des contraintes physiques (dimensions) sont également évoquées. Il sera évidemment possible aussi de connecter un disque dur externe en USB. Les vitesses de transfert seront dans ce cas de l’ordre de 100 Mo/s, ce qui devrait suffire pour profiter de la rétrocompatibilité avec les titres PS4 par exemple.

De l’audio 3D pour une immersion renforcée

Pour finir, Sony a mis l’accent sur les performances audio. La PlayStation 5 devrait être capable de s’adapter à différents équipements et différentes sources audio afin d’offrir dans tous les cas du son 3D. Il devrait ainsi être possible de déterminer de quel côté vient un bruit, et de plonger ainsi totalement dans le jeu. Sony avoue toutefois qu’il s’agira là d’un travail de longue haleine, et qu’il n’est pour l’heure parvenu à l’effet escompté qu’en écoute sur casque. Il faut en outre tenir compte des sensibilités de chacun. Plusieurs profils audio seront ainsi proposés, cinq pour commencer et peut-être davantage par la suite.

Présentation PlayStation 5

© Capture d’écran / Sony

Cette présentation laisse encore beaucoup à découvrir de la PlayStation 5, à commencer par son design évidemment, mais les fêtes de fin d’année sont encore loin. Il y a donc fort à parier que Sony en dira davantage dans les mois à venir afin de nous tenir en haleine.

Mathieu Freitas

Mathieu Freitas

Journaliste


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.