LaboFnac

Prise en main du Panasonic Lumix G9 : l’expédition nordique

Nous sommes allés au nord du cercle polaire arctique (Norvège) pour prendre en main, sur le terrain, le Panasonic Lumix G9.

Pour son Lumix G9, Panasonic a choisi le grand froid, le vent, la neige, et l’obscurité (seulement quelques heures de lumière par jour) pour que son hybride fasse ses premières bonnes ou mauvaises impressions. Il a donc fallu se rendre à Tromsø, tout au nord de la Norvège et point de départ des expéditions polaires, pour réunir ses conditions. L’occasion d’apercevoir des orques venus faire le plein de maquereaux sur leur parcours migratoire, ou encore chasser les aurores boréales la nuit venue. Des conditions de shooting difficiles qui permettent d’apprécier les compétences d’un boîtier.

panasonic lumix g9

Le Panasonic G9, c’est quoi ?

Mais en parlant de compétences, penchons nous d’abord, et à nouveau, sur les caractéristiques techniques du produit. Le Panasonic Lumix G9 embarque un capteur micro 4/3 Live MOS de 20,3 mégapixels associé à un nouveau processeur Venus Engine, un viseur OLED de 3,68 millions de points (grossissement 0,83x), deux slots SD, un écran de contrôle sur l’épaule droite, ou encore un écran LCD orientable sur rotule. Assez ressemblant au GH5, le G9 se différencie dans son ergonomie, par l’absence des fonctions vidéo poussées, et par quelques ajouts spécifiques à la photographie comme le mode 80 mégapixels.

Une fois dans les mains

Lors de sa présentation, Panasonic avait insisté sur le travail de prise en main effectué avec les ambassadeurs Lumix lors de l’élaboration du produit. Un travail conjoint entre les ingénieurs de la marque et les principaux utilisateurs d’appareils photo, qui a donc accouché de ce G9. Et on doit bien dire que les choses ont été bien faites sur la poignée puisqu’on ne trouve rien à en redire, le confort étant présent même en conditions difficiles. Le revêtement permet une bonne accroche, et ce même lorsque le produit est humide.

panasonic lumix g9

Puisqu’il mord sur le terrain des reflex, le G9 se pare d’une foule de boutons. Il y en a partout, et c’est tant mieux. Mais dans des conditions comme celles où notre groupe se trouvait – obscurité totale la majorité de la journée -, un éclairage n’aurait pas été de refus, quitte à ce que cela consomme un peu plus la batterie. On se dit que les professionnels, eux, pensent à s’équipe d’une frontale, mais cela aurait été un plus. Panasonic a en revanche intégré un écran de contrôle franchement bienvenu pour vérifier ses réglages : ouverture, obturation, ISO. Cet écran est rétroéclairé (en orange) et s’allume en poussant le bouton on/off. Cependant, il nous est arrivé d’éteindre l’appareil à la place, ce qui nous fait dire qu’un bouton dédié, et tout discret, aurait pu nous plaire mieux. Cet éclairage ne dure d’ailleurs pas très longtemps (environ 2 secondes), et il n’est pas possible d’en augmenter la durée dans les réglages.

panasonic g9 landscape panasonic g9 port 2
Pour continuer avec les boutons, on remarque aussi que la course du déclencheur est un peu courte, se mêlant parfois à nos simples essais de mise au point. Rappelons aussi que la marque a installé des boutons de pré-réglages sur son boîtier, ce qui permet de paramétrer des modes spécifiques et de switcher facilement entre eux. Pratique dans des conditions comme celles des aurores boréales, justement.

panasonic g9 fjord panasonic g9 panasonic g9 bateau panasonic g9 boat

Enfin, et puisqu’il aura fallu affronter tempêtes de neige et autres conditions maritimes, sachez qu’il n’y a aucun doute, le G9 est tropicalisé. Le boîtier et ses optiques bravent sans mal le froid, le vent, l’eau salée, et la neige. Le seul point délicat, si vous utilisez le grip batterie vendu séparément, c’est qu’il faudra peut être vérifier qu’il est bien fixé régulièrement. Le grip dispose d’une molette de serrage mais pas d’un bouton pour le verrouiller. Du coup, en cas de vibrations, chocs et autres maladresses, il n’est pas impossible qu’il se desserre un peu. Et forcément, l’étanchéité n’est plus tout à fait assurée.

panasonic g9 chien panasonic g9 decoration panasonic g9 port panasonic g9 couleurs

Pour évoquer un peu la partie photographie, même si les conditions étaient encore une fois très particulières, les premiers essais effectués nous ont paru plutôt bons – en attendant des tests plus avancés et un passage par notre labo. À main levé, dans l’obscurité, la stabilisation semble faire son petit effet et les clichés obtenus sont plutôt nets sans avoir besoin de monter dans les ISO. Mais encore une fois, il faudra vérifier tout cela de manière plus poussée.

panasonic g9 aurore panasonic g9 aurore boreale

NB : Les photographies publiées sont brutes et n’ont pas été retouchées (ni même recadrées). La plupart des photos de nuit ont été faites sur trépied. 

Romain Challand

Romain Challand

Journaliste


    Contenus associés

    Partager cet article :

    Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.