LaboFnac

Prise en main du Nokia 8, premier haut de gamme sous Android pour Nokia

Le Nokia 8 est le smartphone le plus évolué de HMD, et il est arrivé à la rédaction il y a quelques jours. Nous avons donc pu le prendre en main.

Beaucoup l’attendaient, mais il aura fallu que la marque Nokia passe entre les mains de Microsoft et arrive dans celles d’HMD pour la trouver enfin sur un smartphone Android à l’équipement audacieux. Le fabricant est même allé jusqu’à faire renaître le partenariat avec Zeiss pour concevoir les optiques ouvrant à f/2.0 qui prennent place devant les deux capteurs de 13 mégapixels – l’un couleur et l’autre noir & blanc – de l’appareil photo principal du Nokia 8, tandis que le reste comprend plus ou moins les meilleurs composants du marché : écran OLED QHD de 5,3 pouces, Snapdragon 835, 4 Go de RAM, 64 Go de stockage (extensible), caméra 13 mégapixels à l’avant, batterie 3090 mAh, port USB-C, Bluetooth 5.0… Il nous a été permis de l’utiliser quelques jours. Voici nos impressions, en attendant un test plus complet.

Nokia 8

Premier contact

HMD a opté pour un boîtier métallique aux angles à peine arrondis pour habiller ce Nokia 8, qui ne transpire pas l’originalité, mais ne manque pas d’allure pour autant. Étrangement, la prise en main rappelle davantage les premiers Windows Phone de HTC, les 8X et 8S, que ce que l’on a pu connaître chez Nokia à cause de la forme plus trapézoïdale que bombée du capot. Les tranches sont beaucoup plus larges vers l’avant et s’affinent vers l’arrière, ce qui peut surprendre au départ sans pour autant gêner, d’autant que la qualité de fabrication est au rendez-vous. Il convient tout de même de noter que le module photo dépasse légèrement au dos, ce qui pourrait l’exposer davantage aux rayures, et que les boutons de mise sous tension et du volume ont été placés un peu trop haut sur la tranche de droite.

Nokia 8

De l’Android pur, et en bonne forme

Moins gênant à l’usage, nous constatons tout de même que HMD n’a pas pris la peine de réduire les bordures inférieure et supérieure de l’écran. Il a de ce fait pu intégrer un lecteur d’empreintes en dessous plutôt qu’au dos pour le déverrouillage, mais le Nokia 8 se montre plutôt imposant au regard de son écran de 5,3 pouces. En dehors de son taux d’occupation de la face avant peu flatteur, donc, celui-ci semble délivrer des images de qualité. Il faudra bien évidemment attendre un passage sous les sondes de notre labo pour le confirmer, mais la première impression est bonne. Les couleurs sont très vives pour une dalle IPS, et la définition de 2560 x 1440 pixels permet l’affichage de nombreux détails dans les images et de textes bien lisses pour le web ou l’exploration d’Android, livré dans sa version 7.1 Nougat.

Nokia 8

Soulignons d’ailleurs, à ce sujet, que HMD a fait le choix d’une expérience Android pure. L’interface est donc celle de Google, tout juste enrichie de quelques options, comme le fameux écran Glance qui permettra de garder l’heure et les notifications en vue lorsque le smartphone est en veille. L’ensemble est évidemment réactif à souhait avec le Snapdragon 835 de Qualcomm et 4 Go de RAM derrière, même avec de nombreuses applications ouvertes en arrière-plan. Soulignons d’ailleurs aussi que le Nokia 8 n’est pas en manque de mémoire pour installer des applications avec sa capacité de 64 Go en interne et la possibilité d’ajouter une carte microSD via le tiroir SIM à insérer sur la gauche. D’autant que peu sont préinstallées, en dehors de la suite de Google à laquelle s’ajoute tout de même une application photo maison.

Nokia et Zeiss à nouveau réunis

Il fallait bien ça pour tirer profit du double module photo présent au dos. Comme indiqué plus tôt, chacun intègre une optique Carl Zeiss ouvrant à f/2.0 devant un capteur de 13 mégapixels, mais celui du haut est limité au noir & blanc quand celui du bas permet des prises en couleur. L’intérêt est évidemment de combiner les deux pour améliorer la qualité d’image, même s’il est aussi possible de les utiliser indépendamment. Nous n’avons pas constaté de différences majeures des côtés du piqué, du contraste et de la colorimétrie, mais cette configuration double semble au moins profiter aux prises en basse luminosité, avec une atténuation plus efficace du bruit. Le capteur noir & blanc vient par ailleurs seconder l’autre pour renforcer le flou d’arrière-plan dans le mode bokeh en direct.

Nokia 8

Dans l’ensemble, le Nokia 8 fait preuve d’une belle réactivité grâce à son autofocus laser et semble capable de délivrer des clichés propres en plein jour et un peu moins en basse luminosité, mais il nous faudra là aussi attendre un passage au labo pour une analyse plus complète. Pour l’heure, nous ajouterons que l’appareil photo avant est également prometteur, avec son capteur 13 mégapixels et surtout son autofocus. Il est en outre possible d’offrir un double point de vue en utilisant les modules avant et arrière pour former une seule et même prise, et de filmer jusqu’en 4K à 30 i/s avec du son spatial sur 360° grâce à la technologie OZO Audio et trois microphones intégré. Toujours dans l’audio, on notera que le Nokia 8 est équipé d’un haut-parleur sur la tranche inférieur et d’une prise casque à l’opposé.

Nokia 8

Pour finir, on notera que le Nokia 8 est alimenté par une batterie de 3090 mAh à recharger via un port USB-C. L’autonomie nous a semblé dans la moyenne, ni plus ni moins, avec une charge obligatoire tous les soirs en usage normal.

Notre avis

En attendant un test plus complet, nous devons bien avouer que ce premier haut de gamme Android griffé Nokia nous a plutôt séduits. Bénéficiant d’une construction solide et plutôt soignée, si l’on oublie ses bordures d’écran un peu larges, il semble offrir de bonnes prestations dans la plupart des domaines et plus particulièrement dans celui des performances, Snapdragon 835 oblige. L’écran IPS QHD de 5,3 pouces est très agréable à l’oeil et le double appareil photo semble délivrer de bons résultats même s’il a encore tout à prouver en basse luminosité. Comme pour l’autonomie et l’expérience audio, ce n’est toutefois qu’après un passage au labo que nous pourrons émettre un avis définitif.

Mathieu Freitas

Mathieu Freitas

Journaliste


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.