LaboFnac

Un projet IA avec le Pentagone fait grincer des dents chez Google

Plusieurs milliers d'employés de Google ont conjointement signé une lettre demandant l'arrêt d'un projet en partenariat avec le Pentagone.

« Don’t be Evil ». Pour ceux qui ne le savent pas encore, cette phrase est la devise assez particulière de Google, et certains employés du géant californien la prennent très au sérieux. Ils sont d’ailleurs environ 3 100 employés à avoir réclamé que l’entreprise cesse son partenariat avec le Pentagone sur le Project Maven, qui vise à fournir des technologies d’Intelligence artificielle au ministère américain de la Défense.

google devise

© Flickr

Cette réclamation s’est faite par le biais d’une lettre adressée à Sundar Pichai, expliquant les préoccupations des personnes travaillant sur le projet. Le document dit notamment : « Nous ne pouvons pas sous-traiter la responsabilité morale de nos technologies à des tiers. Les valeurs de Google le montrent clairement : chacun de nos utilisateurs nous fait confiance. Ne compromettez jamais cela. Jamais. Ce contrat met la réputation de Google en danger et s’oppose directement à nos valeurs fondamentales. Construire cette technologie pour aider le gouvernement américain dans la surveillance militaire – avec des résultats potentiellement mortels – n’est pas acceptable ».

IA pour drones

Mais de quelle technologie est-il vraiment question ? En fait, le Project Maven vise à « rendre rapidement intelligible l’énorme volume de données accessibles ». Google aide en fait le Pentagone à maîtriser les outils fournit par TensorFlow, un projet open source d’IA lancé par Google, et qui offre des modèles de reconnaissance d’images basés sur la machine learning. Intégré dans des drones, cette technologie pourrait donc être utilisée sur des zones de conflit.

De son côté, Google s’était récemment justifié à ce sujet en affirmant que la technologie ne serait employée que dans un but « non-offensif ». Ce n’est toutefois pas la première fois que Google est épinglé pour ses liens avec l’armée, et il faut savoir qu’Eric Schmidt, ancien président du conseil d’administration d’Alphabet, est au membre d’un comité du Pentagone. Google avait également acheté Boston Dynamics en 2013, entreprise spécialisée dans les robots, avec certains projets développés à usage militaire.

Romain Challand

Romain Challand

Journaliste


    Contenus associés

    Partager cet article :

    Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.