LaboFnac

Ne dites plus hardcore gamer, mais hyperjoueur : la Commission de terminologie s’attaque au jeu vidéo

La Commission de terminologie et de néologie, en charge de la préservation de la francophonie, s'attaque au vocabulaire du jeu vidéo. Elle propose une fournée de recommandations qui méritent le coup d'œil.

Il y a un peu plus de quatre ans paraissaient les recommandations de la Commission générale de terminologie et de néologie dédiées aux réseaux sociaux : on découvrait alors que pour évoquer le « hashtag », il était conseillé d’utiliser le mot-valise « mot-dièse ». Si l’on peut douter du succès de ce néologisme particulier, l’organisme, qui dépend de l’autorité du Premier ministre, poursuit son office et publie aujourd’hui le résultat de ses travaux dans l’univers de la « culture et des médias ».

Avant de se pencher sur les trouvailles de la Commission, il faut noter que la très grande majorité des termes sur lesquels porte sa publication au Journal officiel (12 sur 17) est issue du jeu vidéo, classée de fait dans l’univers de la culture. Une posture plutôt progressiste, dans la mesure où une étude publiée par le ministère de la Culture en septembre dernier montrait que seuls 7 % des personnes interrogées considéraient le jeu vidéo comme une activité culturelle, quand 63 % des interrogés l’excluaient entièrement du domaine culturel.

Jeu vidéo

Êtes-vous un hyperjoueur (ou une hyperjoueuse) ?

Comme chaque fournée de préconisations de la Commission, ce sont bien évidemment les anglicismes qui sont pointés du doigt. Certains bénéficient d’une traduction mot à mot difficilement discutable, voire déjà usitée (« vidéo à la demande » pour video on demand), d’autres demanderont à ceux qui souhaitent se conformer à ces recommandations une véritable gymnastique intellectuelle. Sans oublier des traductions discutables, telles que « joueur occasionnel » pour casual gamer, qui ne rend pas compte du type de jeux pratiqué, mais seulement de la fréquence de l’activité.

Voici les vingt nouveaux mots ou expressions suggérés par la Commission de terminologie, que l’on retrouvera probablement dans les documents officiels qui traiteront de sujets liés au jeu vidéo ou au streaming, et que chacun est encouragé à adopter.

  • Alternate reality game (ARG) devient jeu vidéo à réalité intégrée (JRI)
  • Binge viewing, binge watching deviennent visionnage boulimique
  • Casual game devient jeu grand public
  • Casual gamer devient joueur, -euse occasionnel, -elle
  • Casual gaming devient pratique occasionnelle
  • Electronic sell through devient vidéo à la demande en téléchargement définitif (VADTD), VAD en téléchargement définitif
  • Fact checking, reality check deviennent vérification des faits
  • First person shooter (FPS) devient jeu de tir en vue subjective (JTS)
  • Game level, level deviennent niveau de jeu
  • Game level designer, level designer deviennent concepteur, -trice de niveaux de jeu
  • Hardcore gamer devient hyperjoueur, -euse
  • Hardcore gaming devient pratique intensive
  • Massively multiplayer online game (MMOG), MMO game (MMOG) deviennent jeu en ligne multijoueur de masse (JMM)
  • Massively multiplayer online role playing game (MMORPG) devient jeu de rôle en ligne multijoueur de masse (JRMM)
  • Subscription video on demand (SVOD) devient vidéo à la demande par abonnement (VADA)
  • Third person shooter (TPS) devient jeu de tir en vue objective (JTO)
  • Video on demand (VOD) devient vidéo à la demande
Laure Renouard

Laure Renouard

Journaliste - Fonctionne aussi hors connexion


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.