LaboFnac

Rocket League part à la chasse au harcèlement et aux insultes

Psyonix, le développeur de Rocket League, annonce une amélioration des outils automatiques de bannissement de joueurs dans le cas d'insultes et comportements abusifs.

Depuis son lancement en 2015, Rocket League connaît un immense succès sur les différentes plateformes sur lesquelles il est jouable (PS4, Xbox, PC). Et évidemment, ce jeu mélangeant football et courses de voitures n’est pas épargné par les trolls et autres grossiers personnages, voire cyber-harceleurs. En même temps qu’il fête ses 34 millions de joueurs, Rocket League annonce donc de nouvelles mesures anti-insultes.

rocket league

« Cette semaine, nous allons améliorer nos rapports de jeu en y ajoutant un nouveau volet d’automatisation du processus de ban », explique Psyonix dans son communiqué. « Cette automatisation, appelée simplement « Interdiction de la langue», va bannir automatiquement les joueurs des matchs en ligne lorsque certains mots – des messages racistes, par exemple – sont vus dans les rapports déposés par nos joueurs ».

Le développeur explique également qu’une liste initiale de plus de 20 mots et variantes existe, et que celle-ci continuera d’évoluer au fil du temps. Elle inclura des mots et des phrases à partir de plusieurs langues. Chaque mot a son propre seuil, et une fois qu’un seuil a été atteint, ce joueur sera automatiquement banni. Ces bans seront progressifs, le premier pouvant durer 24 heures, puis passer à 72 heures, une semaine et, pourquoi pas un ban permanent en cas de récidives.

Sur les milliers de signalements que le jeu reçoit tous les jours, la majorité est liée à des abus et au harcèlement dans le jeu – généralement sous la forme d’un langage abusif. Il y a donc du boulot pour calmer tout ce beau monde.

Romain Challand

Romain Challand

Journaliste


    Contenus associés

    Partager cet article :

    Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.