LaboFnac

Samsung : l’affaire Huawei sème le trouble et fait chuter les bénéfices

L'affaire Huawei n'est pas sans conséquence pour Samsung. Le géant sud-coréen prévoit une forte baisse de son bénéfice au second trimestre, mais il va aussi profiter des difficultés de son rival chinois. Explications.

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine fait une nouvelle victime collatérale. Samsung a en effet annoncé que son bénéfice d’exploitation du deuxième trimestre devrait être en forte baisse, rapporte Reuters. Cette annonce, attendue depuis quelques jours, s’explique notamment par le recul des ventes de puces mémoires à Huawei, grande victime des tensions entre Pékin et Washington.

Dans un communiqué laconique, le géant sud-coréen est revenu sur ses prévisions de bénéfices. Il s’attend à une chute de 56 % de son résultat opérationnel au deuxième trimestre 2019 sur un an. Ce dernier devrait atteindre, pour la période d’avril à juin, 6 500 milliards de wons (4,9 milliards d’euros), contre 14 870 milliards de wons (11,22 milliards d’euros) l’an passé à la même période. Concernant les ventes, elles devraient se situer entre 55 000 et 57 milliards de wons (41,5 et 43 milliards d’euros), contre 58 480 milliards de wons (44,11 milliards d’euros) au deuxième trimestre 2018. En prenant en compte la prévision la plus baisse, cela correspondrait à une diminution des ventes de près de 6 % sur un an.

Samsung Galaxy S9

© LaboFnac

Samsung doit publier ses résultats détaillés courants juillet et devrait afficher un troisième trimestre consécutif de baisse de son bénéfice. Il pourrait s’agir du plus faible résultat enregistré par la firme depuis le troisième trimestre 2016, lorsque le leader du marché avait été touché par le fiasco du Galaxy Note 7. Trois ans plus tard, Samsung traverse une nouvelle crise dont il n’est pourtant pas le principal responsable. Comme évoqué plus haut, le premier fabricant mondial de puces mémoires et de smartphones souffre des sanctions américaines contre Huawei. En effet, son rival chinois est aussi l’un de ses principaux clients.

L’activité de Samsung, qui fournit des mémoires DRAM et NAND, est également perturbée par la hausse des droits de douane et un recul du prix des puces. « La quantité de puces dont Huawei aura besoin à l’avenir est un facteur décisif pour l’évolution des prix (…) Comme peu d’acteurs peuvent se substituer à Huawei pour acheter des puces, Samsung est contraint de baisser les prix », explique Jay Kim, analyste chez Sangsangin Investment & Securities.

L’affaire Huawei, une bonne et une mauvaise nouvelle

Toutefois, les tensions entre la Chine de Xi Jinping et les États-Unis de Donald Trump ont également un effet positif sur Samsung. Le numéro un des smartphones pourrait en effet profiter des déboires de Huawei dans les mois qui viennent. Si les autorités américaines maintiennent leurs sanctions, le premier constructeur mondial pourrait vendre 37 millions de smartphones supplémentaires par an, selon Song Myung-sup, analyste chez HI Investment & Securities. Le groupe sud-coréen renforcerait ainsi sa position sur le segment haut de gamme, alors que son concurrent chinois espérait prendre sa place de numéro un d’ici la fin de l’année.

Pour l’heure, Huawei semble proche de récupérer sa licence Android et va conserver sa place de numéro deux, malgré une chute des ventes qui pourrait atteindre jusqu’à 40 %. Du côté de Samsung, ses Galaxy S10 se vendent mieux que les Galaxy S9 alors que le Galaxy Fold, son premier smartphone pliable, se fait encore attendre. Enfin, le groupe sud-coréen pourrait avoir intérêt à retrouver son meilleur ennemi, les puces représentant plus de deux tiers de son bénéfice. Il faudra toutefois du temps avant que le secteur retrouve des couleurs.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.