LaboFnac

Avec son écran « incassable », Samsung compte en finir avec la fragilité des smartphones

Samsung présente un nouvel écran OLED. Pas question ici de course aux pixels ou de promesses en termes de luminosité. L'écran en question, dédié aux smartphones, est en effet censé être "incassable".

Comme ses concurrents, Samsung doit composer avec la fragilité des écrans de smartphones qui, en cas de chute, se brisent facilement : c’est d’ailleurs le premier type de panne que subissent ces appareils. Néanmoins, en tant que fabricant d’écrans via sa division Samsung Display, le Coréen dispose des moyens nécessaires pour développer des solutions d’affichage inédites. On connaît ses travaux dans le domaine des écrans pliables, qui devraient aboutir, un jour peut-être, au lancement d’un smartphone flexible. La marque détaille aujourd’hui ses avancées dans le domaine de la solidité des écrans.

Samsung écran incassable

© Samsung Display (capture d’écran)

Comme elle le précise très sérieusement dans un communiqué de presse – peut-être davantage que dans une vidéo illustrative très ludique, mais peu technique, publiée sur sa chaîne YouTube -, la division Display de Samsung vient d’obtenir une certification notable auprès des autorités américaines. Son « écran incassable de smartphones » a en effet, indique la marque, passé avec succès la batterie de tests des Underwriters Laboratories pour le compte de l’État américain. « Selon UL, l’écran incassable développé par Samsung Display a passé les tests rigoureux de durabilité en temps réel qui sont basés sur les standards militaires définis par le ministère de la Défense américain ». Ces derniers, explique Samsung, consistent à vérifier la résistance de l’écran à des chutes successives d’une hauteur de 120 cm, 26 fois et à des températures passant d’un froid extrême à une chaleur excessive. « L’écran incassable de Samsung a continué de fonctionné normalement sans dommage devant ni sur ses côtés ou ses bordures », assure le constructeur.

Le plastique, c’est fantastique ?

Pour parvenir à ce résultat, Samsung précise s’appuyer sur une dalle OLED flexible recouverte non pas d’une couche vitrée, mais d’un substrat en plastique résistant aux chocs qui n’est pas sans rappeler le pOLED (plastic OLED) inauguré par LG sur son G Flex fin 2013. Ses autres propriétés sont-elles identiques au verre ? « La vitre en plastique renforcé est particulièrement adaptée aux appareils électroniques portables, non seulement parce qu’il est incassable, mais aussi en raison de sa légèreté, de sa capacité à être conducteur et de sa solidité, toutes ces caractéristiques étant très similaires au verre », commente Hokung Kim, directeur de la communication chez Samsung Display. Il semble donc rester à Samsung quelques détails à peaufiner pour parvenir à un résultat exploitable commercialement, d’autant qu’il  ne mentionne pas la résistance de son écran aux rayures, qui constitue pourtant un point crucial. Quoi qu’il en soit, la firme vise non seulement les smartphones, mais aussi les tableaux de bord automobiles, les mobiles pour militaires, les écrans de consoles de jeux et les tablettes tactiles.

Dans l’attente de produits dotés de cet écran « incassable »

Samsung dévoile ce nouvel écran alors même que Corning vient de dévoiler son Gorilla Glass 6. Un verre renforcé destiné justement à protéger les écrans de smartphones de bris, notamment dans le cas de chutes répétées. Concurrencé par un géant des écrans, l’Américain peut toutefois se rassurer : pour l’heure, Samsung n’annonce aucun produit commercial précis embarquant son écran OLED flexible et « incassable », qui sauf surprise ne sera pas inclus à son Galaxy Note 9. Il faudra vraisemblablement attendre des mois, voire un peu plus, avant de le retrouver dans des produits disponibles auprès du grand public.

Laure Renouard

Laure Renouard

Journaliste - Fonctionne aussi hors connexion


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.