LaboFnac

Spotify : le boycott de R. Kelly n’a pas d’impact sur son nombre d’écoutes

Le service suédois de musique en streaming, Spotify, a décidé de retirer R. Kelly de ses playlists en début de mois. Un choix qui n'a pas eu d'effet sur le nombre d'écoutes du chanteur.

Spotify avait annoncé en début de mois un durcissement de sa charte de bonne conduite, chassant au passage le chanteur R. Kelly de ses playlists. Accusé depuis plusieurs années de violences sexuelles, l’artiste n’est plus en odeur de sainteté sur les services de streaming et a également disparu des playlists d’Apple Music et Pandora. Si la décision suscite une certaine controverse, il est à noter que le chanteur n’a pas complètement disparu et il reste possible d’accéder à ses tubes. Pour l’agence Associated Press, le nombre d’écoutes de ses titres n’a d’ailleurs pas souffert de cette décision.

R. Kelly - Cookie

© Capture d’écran / YouTube (R. Kelly – Cookie)

Avant le 10 mai, date à laquelle le groupe suédois a annoncé la mise en place de sa nouvelle politique, R. Kelly était « streamé » en moyenne 6,58 millions de fois par semaine. Depuis cette annonce, son volume d’écoute a légèrement progressé et ses titres ont été écoutés 6,67 millions de fois entre le 10 et le 16 mai selon les chiffres de Nielsen Music. Ces derniers prennent en compte les écoutes des chansons sur différentes plateformes, dont celles qui ont décidé de boycotter R. Kelly (Spotify, Apple Music et Pandora). À noter que les deux dernières n’ont pas fait d’annonces officielles, contrairement à Spotify. Le numéro un mondial a profité de la campagne #MuteRKelly pour mettre en place sa politique qui écarte certains artistes des playlists générées par la plateforme, ainsi que dans celles proposées aux utilisateurs sur la base d’algorithmes.

La polémique profite à R. Kelly ?

Pour Shaunna Thomas, cofondatrice et directrice exécutive d’une organisation de défense des droits des femmes (UltraViolet), le but n’est pas d’empêcher les gens d’écouter sa musique, mais que les plateformes cessent de le promouvoir. Une décision à valeur symbolique et les premiers chiffres confirment cette tendance, même s’il est encore trop tôt pour dire que la musique de R. Kelly ne sera pas affectée par les campagnes contre lui. La semaine dernière, le collectif UltraViolet a également demandé à Spotify de retirer Chris Brown, Eminem, les Red Hot Chili Peppers et d’autres de ses playlists.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.