LaboFnac

Comment Strava révèle les positions militaires américaines en Syrie

Certains analystes ont découvert que la Heatmap de Strava permet de localiser la position de militaires américains au Moyen-Orient. Un problème pour la sécurité des bases militaires US.

Voilà le genre de données qui pourraient être exploitées dans un film d’espionnage. Il y a quelques mois, Strava a déployé sa Heat Map, qui répertorie les activités de ses utilisateurs et propose une carte du monde du jogging, mettant en surbrillance les endroits privilégiés des coureurs. Ou du moins des coureurs bien équipés, puisqu’il faut posséder un smartphone ou un tracker d’activités pendant la course. Strava utilise ainsi le GPS de l’objet pour cartographier une activité sportive.

strava heat map

Si l’idée de Strava est simplement de fournir une sorte de grande map du jogging à travers le monde, certains ont trouvé une autre utilité à celle-ci : repérer les bases militaires américaines en Syrie. Nathan Ruser, un étudiant en sécurité internationale spécialiste du Moyen-Orient, a fait cette découverte alors qu’il s’intéressait de près à la Heatmap de Strava. Il s’est inspiré d’un commentaire de son père, qui a observé que la carte et conclut qu’elle offrait un aperçu de « où sont les riches blancs » à travers le monde.

Le raisonnement a ensuite débouché sur la recherche de militaires américains dans des zones de conflits. Il a alors zoomé sur la Syrie et explique que « cela s’est éclairé comme un sapin de Noël ». Lui, et d’autres analystes avec qui il est en contact ont alors commencé à tweeter sur le sujet, et de nombreux observateurs y sont allés de leurs petites découvertes. Si la plupart des bases sont connues du grand public, il existe toutefois des positions discrètes.

À la recherche des bases secrètes

Adam Rawnsley, un journaliste de Daily Beast, a par exemple remarqué beaucoup d’activité de jogging sur une plage, près d’une base présumée de la CIA à Mogadiscio, en Somalie. Sur un site du nord de la Syrie près d’un barrage, où les analystes soupçonnent l’armée américaine de construire une base, la Heatmap montre des activités, avec une ligne intense le long du barrage voisin, suggérant que des porteurs de bracelets connectés y font leur sport.

Sur Twitter, les spécialistes autoproclamés et autres complotistes continuent leurs enquêtes depuis la Heatmap de Strava. De son côté, Strava invite les utilisateurs à « mieux comprendre nos paramètres pour leur donner le contrôle de ce qu’ils partagent ». Le communiqué précise : « Notre Heatmap globale représente une vue agrégée et anonymisée de plus d’un milliard d’activités téléchargées sur notre plate-forme. Cela exclut les activités qui ont été marquées comme zones privées et définies par l’utilisateur ». Gageons que les autorités militaires américaines auront aussi quelques consignes à donner aux soldats à propos des trackers GPS.

Romain Challand

Romain Challand

Journaliste


    Contenus associés

    Partager cet article :

    Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.