LaboFnac

L’UE ne ferme pas la porte à une participation américaine dans Nokia et Ericsson

Malgré la mise au point de la Maison Blanche, l'hypothèse d'une participation américaine dans Nokia et Ericsson continue de faire son chemin. Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la Concurrence, n'écarte pas cette possibilité.

Les États-Unis sont bien décidés à barrer la route à Huawei et ne semblent écarter aucune possibilité. Le ministre américain de la Justice, William Barr, a évoqué en début de mois la possibilité de voir les États-Unis prendre le contrôle des équipementiers européens Nokia et Ericsson afin de stopper la progression de Huawei dans la 5G. Le géant chinois est dans le viseur de Washington depuis de nombreuses années, soupçonné d’espionnage au profit de Pékin. Alors que la Chine dénonce l’absence de preuves des États-Unis et que la société se défend, l’administration Trump tente par tous les moyens de convaincre ses partenaires de ne pas faire appel à l’équipementier chinois.

Ericsson

© Ericsson

Pour répondre aux inquiétudes quant à un éventuel espionnage, certains ont proposé que les États-Unis « prennent le contrôle (du finlandais Nokia et/ou du suédois Ericsson) soit directement, soit à travers un consortium d’entreprises privées américaines et alliées » et « nos plus proches alliés et nous-mêmes devons certainement envisager cette approche activement », a expliqué William Barr. Côté européen, le cas Huawei divise et l’absence de preuves tangibles – malgré les promesses américaines – semble profiter à l’équipementier. Sous surveillance, il n’a pas été exclu des discussions autour de la 5G dans plusieurs pays européens, dont la Franc, le Royaume-Uni ou l’Allemagne.

Cette sortie a suscité de nombreuses réactions et la Maison Blanche a rapidement souhaité faire une mise au point. Le vice-président américain, Mike Pense, a balayé l’hypothèse d’un rachat de Nokia et Ericsson, rapporte Reuters. En revanche, le conseiller économique de la Maison-Blanche, Larry Kudlow, a confirmé que la Maison Blanche discutait avec les deux entreprises. Avec les absences de Huawei et ZTE, les États-Unis se sont rapprochés des deux équipementiers européens pour évoquer une participation dans le déploiement de la 5G sur son territoire. Malgré ces explications, la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, n’a pas fermé la porte à une éventuelle participation américaine dans Nokia et Ericsson.

Tout sauf Huawei

Interrogée par CNBC, elle rappelle que c’est aux « entreprises de dire si elles sont à vendre ou non » et qu’il appartient aux régulateurs européens « de s’assurer que chaque risque est évalué ». « Ici en Europe, nous sommes neutres en matière de propriété, vous pouvez être une entreprise publique ou privée, ce qui est important pour nous, c’est que vous agissiez en tant qu’opérateur de marché et que vous ayez un véritable argument commercial pour ce que vous faites. Donc, vous savez, je n’ai pas à avoir d’avis si l’État américain veut acheter une participation, et je ne sais pas s’il y a une participation dans Nokia ou Ericsson qui est à vendre », explique-t-elle. L’entreprise suédoise Ericsson n’a pas souhaité faire de commentaire tandis que le finlandais Nokia indiquait être « toujours à l’écoute de l’intérêt des investisseurs ».

La 5G est au cœur de la guerre technologie entre les États-Unis et la Chine. Washington maintient que Huawei est un risque pour la sécurité nationale et exhorte ses alliées à se détourner du groupe chinois. Cette déclaration pourrait sonner comme une nouvelle tentative de déstabilisation pour faire pression sur les partenaires des États-Unis et perturber Huawei.
L’administration Trump planche également sur de nouvelles sanctions et envisage d’isoler le géant chinois des principaux fabricants de puces.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.