LaboFnac

ZTE écope d’une amende de plus d’un milliard d’euros aux États-Unis

ZTE, géant chinois des télécommunications, a accepté de régler une amende record aux États-Unis, pour violation de l'embargo US en Iran et en Corée du nord.

On ne badine pas avec le gouvernement américain. ZTE, constructeur de smartphones et surtout géant des équipements de télécommunications en Chine, s’est vu infliger une amende de plus de 1,2 milliard de dollars aux États-Unis, soit 1,13 milliard d’euros, pour violation de l’embargo américain en Iran et en Corée du Nord. La faute de ZTE : avoir vendu du matériel et de l’équipement logiciel dans ces deux pays.

justice us zte huawei

Le département du Commerce US a en effet accusé ZTE d’avoir fourni à l’Iran, entre 2010 et 2016, du matériel de conception américaine, et d’avoir procédé à 283 envois de matériels, comprenant des serveurs et des routeurs, dans le pays dirigé par Kim Jong-un. L’amende, si elle est maintenant validée par la cour de justice, serait la plus élevée jamais donnée par les États-Unis dans ce genre d’affaires. Et ZTE a d’ores et déjà donné son accord sur le règlement de la note.

Souhaitant arrondir les angles, le président et CEO de ZTE, Zhao Xianming, s’est exprimé dans un communiqué de presse : « ZTE reconnaît ses erreurs, prend l’entière responsabilité de celles-ci, et reste déterminé à imposer des changements positifs au sein de l’entreprise ». Ces « changements positifs » ont semble-t-il déjà débutés puisqu’un remaniement a eu lieu à la tête de l’entreprise, avec la nomination de Xianming justement, depuis la violation de l’embargo.

Du côté du Secrétariat au Commerce, le ton est au contraire à la sévérité : « Nous mettons le monde en demeure : les jeux sont terminés », a ainsi déclaré le secrétaire au commerce Wilbur Ross dans un communiqué. « Ceux qui bafouent nos sanctions économiques et les lois de contrôle des exportations ne seront pas impunis – ils subiront les pires conséquences. » Et le prochain sur la liste pourrait être Huawei, l’autre grand fournisseur d’équipements télécoms chinois, actuellement au coeur d’une enquête où il est soupçonné d’avoir vendu du matériel américain en Syrie, au Soudan, à Cuba, et évidemment en Iran et en Corée du Nord.

 

Romain Challand

Romain Challand

Journaliste


    Contenus associés

    Partager cet article :

    Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.