LaboFnac

ZTE trouve un accord avec Washington, mais reste sous haute surveillance

Après plusieurs semaines de négociations et de nombreux rebondissements, les États-Unis sont parvenus à un accord avec ZTE. Le fabricant chinois va pouvoir reprendre ses activités, mais devra payer une forte amende et restera sous surveillance pendant 10 ans.

Le gouvernement américain a confirmé en fin de semaine dernière qu’un accord avait été trouvé avec ZTE, levant l’interdiction signifiée aux sociétés américaines de vendre des composants et produits au fabricant chinois. L’information annoncée par Reuters signifie aussi que ZTE va pouvoir reprendre le cours normal de ses activités après deux mois d’interruption. Alors que nous avons l’habitude de voir les constructeurs de smartphones dépendre des usines chinoises pour la fabrication de leurs appareils, cette affaire a mis en évidence la dépendance des groupes chinois envers les sociétés américaines. Le cas ZTE a également dépassé le cadre du monde tech, devenant le symbole des tensions entre la Chine et les États-Unis sur fond de guerre commerciale.

ZTE Axon M

© Sofian Nouira / LaboFnac

Avec ses 75 000 salariés, ce géant des télécoms chinois espérait beaucoup de la promesse de Donald Trump. Le président américain avait fait savoir sur Twitter qu’il travaillait avec son homologue chinois Xi Jinping afin que ZTE puisse rapidement reprendre ses activités. Après quelques semaines de négociations et la coopération de la firme chinoise, les deux parties ont trouvé un accord de principe. Le département du Commerce a officialisé cet accord et publié les détails. On y apprend que la firme chinoise devra d’abord payer l’amende d’un milliard de dollars et placer 400 millions de dollars sur un compte séquestre pour que l’interdiction soit levée. Une somme qui sera conservée pendant 10 ans et qui pourra être récupérée par les États-Unis si ZTE ne respecte pas les termes de l’accord. Le groupe devra également remanier sa direction et a déjà fait savoir qu’il acceptait les conditions posées par le gouvernement américain.

ZTE sous tutelle américaine

Outre les sanctions financières, le géant chinois vivra sous la surveillance de Washington pendant 10 ans. Un coordinateur spécial sera notamment chargé de veiller au respect de l’accord et aura à sa disposition une équipe d’au moins six employés, aux frais de ZTE. Ce dernier devra aussi faire preuve d’une plus grande transparence au niveau de ses produits en permettant au gouvernement américain de les contrôler plus facilement, mais aussi en précisant sur son site la proportion de composants provenant des États-Unis qu’ils intègrent.

La reprise de ses activités ne sera donc pas sans conséquence et ZTE est déjà prévenu qu’en cas de faux pas, il sera de nouveau interdit d’activité aux États-Unis. Pour Peter Navarro, conseiller au commerce de la Maison-Blanche, a toutefois expliqué que le président Donald Trump avait accordé une « faveur personnelle » au président chinois en acceptant de lever cette interdiction.


Contenus associés

Partager cet article :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.