LaboFnac

Test de Sushi Striker – The Way of Sushido : Le puzzle-game sauce soja

Sushi Striker

Moins original que ne le laissait espérer son pitch délirant, le concept de Sushi Striker: The Way of Sushido avoue rapidement ses limites en termes de réflexion pure. Laissant la part belle aux réflexes pour nous inciter à jouer à l'instinct, le titre n'offre au final qu'une marge de progression limitée sans réellement autoriser la mise en place de vraies stratégies. Sans doute aurait-il trouvé davantage sa place sur smartphones à un tarif moins excessif.

Note de la rédaction

  • - Un concept absurde à souhait
  • - Système intuitif et accessible
  • - Des combats en multi local ou en ligne
  • - La dimension scoring et l'ajout de stages cachés
  • - Davantage une question de réflexes que de réflexion
  • - Dialogues basiques, infantiles et envahissants
  • - Des ratés dans le maniement, aussi bien au stick qu'en mode tactile
  • - Accepter d'être tributaire de l'apparition aléatoire des sushis
  • - Le manque total de renouvellement des enjeux
  • - Hors de prix, comme les sushis…

A partir de 49€99 sur Fnac.com Acheter

À en juger par leur nombre et leur popularité, les mangas ayant choisi d'élever l'art culinaire au rang d'art tout court ont encore de beaux jours devant eux. Misant lui aussi sur un excès de sérieux délibérément absurde, le jeu Sushi Striker s'adresse à notre second cerveau, notre estomac, pour nous mettre l'eau à la bouche.
(Ce test a été effectué sur Nintendo Switch.)

Le concept de Sushi Striker serait-il né d’un simple jeu de mots ? Caqué sur le modèle du bushidô, le code d’honneur que se devaient de suivre les samouraïs japonais, le « sushidô » n’est pas la voie du guerrier, mais la voie du… sushi. Pas d’erreur possible, le choix du nom du héros (Musashi) et de son rival (Kojirô) renvoie justement aux deux plus grands bretteurs de l’histoire du Japon. Dès lors, tous les éléments sont en place pour décrire les enjeux de Sushi Striker, un titre qui revisite les combats de sabre pour les changer en simples concours du plus gros mangeur de sushis !

Sushi Striker

Gâchis de sushis

Les conflits naissant toujours des discordes les plus futiles, la Guerre des Sushis débuta, paraît-il, lorsque les sushis devinrent la denrée la plus convoitée de la planète. L’Empire, la République et le Front de Libération des Sushis se lancèrent alors dans une bataille dévastatrice par lancers d’assiettes interposés, chacun voulant s’accaparer la plus grosse part du gâteau. Tout est à prendre au sens propre dans Sushi Striker, la règle du jeu étant ni plus ni moins d’engloutir le maximum de sushis possibles afin d’édifier des gigantesques piles d’assiettes vides destinées à s’écraser directement dans la face de nos adversaires ! Défilant sur des tapis à vitesse variable sur le modèle des bars à sushis, les mets disparaissent à mesure que les joueurs se goinfrent de sushis au saumon, de California Roll et autres makis en tout genre. Aucun doute, s’il y a bien un objectif que le titre remplit haut la main, c’est celui de nous ouvrir l’appétit !

Sushi Striker

Les cent sushis

Aussi chaotiques qu’elles puissent paraître, ces batailles surréalistes suivent pourtant des règles bien précises qui impliquent une lecture rapide de tout ce qui se passe à l’écran. Sans se laisser déconcentrer par le caractère appétissant des mets qui défilent à l’écran, le joueur doit se concentrer exclusivement sur les couleurs afin de former le plus rapidement possible des chaînes d’assiettes compatibles. En un clin d’œil, Musashi dévore alors le contenu des piles ainsi constituées avant de les projeter en direction de l’adversaire. Et plus la pile est haute, plus les dégâts infligés sont conséquents. Bien sûr, s’ajoute à cela un certain nombre de subtilités bienvenues, à commencer par la réalisation de combos, la génération d’assiettes arc-en-ciel ou le passage en mode « festival », sans oublier les talents spéciaux propres aux « sushinités ».

Sushi Striker

Monstres de poche

Traqués par les soldats de l’Empire pour leurs pouvoirs hors du commun, les « sushinités » sont des esprits capables de contrôler les sushis tout en conférant certains talents exceptionnels à ceux qui les invoquent. Le fait de collecter un maximum de « sushinités » rares est donc le gage de bénéficier d’un ascendant décisif sur ses adversaires, chaque joueur ayant la possibilité d’en activer jusqu’à trois au cours d’un match. Grâce à ces esprits, les parties deviennent propices aux retournements de situations les plus brutaux, en nous permettant par exemple d’altérer la vitesse des tapis, de modifier la couleur des assiettes ou de faire apparaître des desserts régénérant notre barre de santé. Physiquement proches des Pokémon, ces créatures ont même la possibilité d’évoluer, leurs talents s’améliorant à mesure que ces dernières changent de forme.

Sushi Striker

Fourchette ou baguettes ?

Bien que les règles de Sushi Striker soient à la fois simples et intuitives, l’efficacité du titre est néanmoins rapidement compromise par deux éléments problématiques. Le premier résulte de la difficulté que l’on peut avoir à lire efficacement les couleurs et à former les chaînes alors que les mets défilent à grande vitesse et que la prise en main engendre quelques « ratés ». Car, que l’on opte pour le maniement au stick ou pour les commandes tactiles, le résultat n’est jamais réellement optimal. Par ailleurs, le manque d’emprise que l’on a réellement sur le déroulement de la partie est affecté par le fait que l’on est tributaire des sushis qui sortent des tapis, plusieurs secondes pouvant s’écouler sans que l’on ait vraiment la possibilité de former de longues chaînes. Même si la notion de tapis central, accessible aux deux duellistes, nous invite à profiter des capsules verrouillées pour prendre le contrôle du match via des bonus spéciaux, on n’a jamais le sentiment d’avoir un total contrôle sur ce que l’on fait.

Sushi Striker

Jouer à l'instinct

Tout ceci confère finalement à Sushi Striker un aspect désagréablement confus qui rapproche bien davantage ce titre d’un jeu de réflexes que d’un jeu de réflexion. Un constat critique dans la mesure où il ne permet pas forcément de s’améliorer puisque l’on joue systématiquement à l’instinct. Il faut dire aussi que le caractère infantilisant des dialogues, extrêmement envahissants, et la répétitivité même des batailles qui s’enchaînent sans autre variante possible qu’un ersatz de mode puzzle, contribuent à installer un fort sentiment de lassitude. Bien que disposant de combats jouables en multi et de stages cachés à débloquer à condition de se démarquer niveau scoring, Sushi Striker: The Way of Sushido échoue surtout à mettre en avant un concept suffisamment fort pour justifier son tarif étonnamment élevé. À ce prix-là, on préférera largement investir dans des sushis bien réels fondant sous la dent !

  • Sushi Striker
  • Sushi Striker
  • Sushi Striker
  • Sushi Striker
  • Sushi Striker
  • Sushi Striker
  • Sushi Striker
  • Sushi Striker
  • Sushi Striker

Conclusion

Moins original que ne le laissait espérer son pitch délirant, le concept de Sushi Striker: The Way of Sushido avoue rapidement ses limites en termes de réflexion pure. Laissant la part belle aux réflexes pour nous inciter à jouer à l'instinct, le titre n'offre au final qu'une marge de progression limitée sans réellement autoriser la mise en place de vraies stratégies. Sans doute aurait-il trouvé davantage sa place sur smartphones à un tarif moins excessif.

Note de la rédaction

A partir de 49€99 sur Fnac.com Acheter

Test réalisé par

Contenus associés

Produits similaires

Partager ce test :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.