LaboFnac

Prise en main de l’Asus ZenFone 7 Pro : l’originalité a du bon

test Asus ZenFone 7 Pro

Le ZenFone 7 Pro s’inscrit dans la lignée des grands smartphones du moment, et même des mastodontes, avec son poids dépassant allègrement les 200 grammes. C’est toutefois pour la bonne cause, puisque son écran ne concède aucune encoche ni poinçon, ce qui est appréciable pour le visionnage de films ou le jeu mobile. Avec son équipement haut de gamme, il est d’ailleurs taillé pour le multimédia, et sa Flip Camera, qui fait figure d’ovni dans le paysage mobile actuel, se montre efficace. Bref, pour qui accepte ce format original et n’a pas peur des grands smartphones, le ZenFone 7 Pro constitue une option plus abordable que les mobiles premium des marques concurrentes, tout en assurant une expérience qui nous a semblé complète. Un examen en règle au sein de notre Labo permettra bien sûr de vérifier ces bonnes impressions.

A partir de 799€00 sur la Fnac.com Acheter

Asus persiste et signe. Visiblement satisfait de la performance de son Zenfone 6, doté d’un module photo aisément reconnaissable, la firme rempile cette année avec non pas un, mais deux Zenfone 7 équipés du même type de bloc photo. Nous avons de notre côté essayé le plus perfectionné des deux, le Zenfone 7 Pro. Avant son test complet en Labo, voici donc nos premières impressions.

La gamme de smartphones d’Asus est désormais restreinte. Les amateurs de gaming peuvent se tourner vers le ROG Phone III, modèle orienté vers la performance. Au grand public, la marque adresse sa série Zenfone 7, qui se décline cette année en deux moutures. La version Pro est la mieux équipée, même si le duo partage l’essentiel de sa fiche technique.

Asus ZenFone 7 Pro

© Asus

À commencer par un écran Super AMOLED de 6,67 pouces affichant 2400 x 1080 pixels. Quand le ZenFone 7 Pro profite d’un chipset Snapdragon 865+ avec 8 Go de mémoire vive, le ZenFone 7 est de son côté pourvu d‘une puce Snapdragon 865 avec tout autant de RAM. La différence se situe également au niveau du stockage, de 256 Go sur le ZenFone 7 Pro, et de 128 Go sur le ZenFone 7. Les deux sont soutenus par une batterie de 5000 mAh et tournent sous Android 10.

Leur spécificité tient bien sûr à leur module photo motorisé, presque identique dans les deux cas, le modèle Pro étant seul à proposer de la stabilisation optique. On y trouve pour le reste un capteur principal de 64 Mpx, un second de 8 Mpx avec zoom optique 3x et un troisième de 12 Mpx avec un ultra-grand-angle. C’est donc ce triple bloc photo qui est mis à profit pour réaliser des selfies.

L’ergonomie et le design

Le ZenFone 6 n’était pas spécialement un modèle de compacité en son temps, et il faut bien avouer que le ZenFone 7 Pro, de même d’ailleurs que le ZenFone 7, parfaitement identique en ce point, n’inverse pas la tendance. Le smartphone est en effet aussi lourd qu’un iPhone 11 Pro Max, par exemple, avec ses 230 grammes sur la balance. Ses dimensions de 165,1 x 77,3 x 9,6 mm en font également un appareil délicat à manipuler à une main, du moins pour qui n’a pas l’habitude des très grands smartphones. Asus a néanmoins opté pour un lecteur d’empreintes tout à fait efficace et situé sur son bouton d’allumage, sur sa tranche droite : un choix certes économique, mais aussi judicieux, puisqu’il est accessible dans toutes les situations.

Asus ZenFone 7 Pro

© LaboFnac

La conception du smartphone évoque par ailleurs la robustesse, avec ses tranches biseautées – on aurait préféré des arêtes adoucies, plus agréables en main – en métal et, de manière invisible, mais appréciable, un revêtement Gorilla Glass 6 à l’avant et au dos de l’appareil. S’il est armé contre les rayures, Asus a le bon goût de fournir deux coques avec le mobile – une transparente, et l’autre opaque – pour le protéger davantage : bon point pour la protection, un peu moins pour la prise en main d’un smartphone qui s’en trouve encore plus massif. Enfin, notez que le ZenFone 7 Pro se décline en deux couleurs : un modèle noir aux reflets bleu-vert, et un autre blanc aux reflets rosés, tous deux réussis. On note néanmoins que pour des contraintes de place, Asus malheureusement a fait disparaître la prise jack 3,5 mm présente sur le ZenFone 6, proposant toujours du Bluetooth 5.0 pour compenser. Quant à une certification d’étanchéité de type IPxx, il faut s’en passer, le mécanisme rotatif de l’appareil photo n’étant pas adapté à ce type de protection, précise Asus.

Asus ZenFone 7 Pro

© LaboFnac

C’est donc évidemment cet appareil photo qui constitue la spécificité du ZenFone 7 Pro, lequel s’offre le luxe de faire disparaître toute encoche ou poinçon. Son écran se contente donc de bordures fines – mais pas les plus fines du marché, ne s’agissant pas d’une dalle incurvée sur les côtés. Cet écran bénéficie d’une véritable montée en gamme, puisqu’il troque la technologie IPS contre une dalle AMOLED, un peu plus grande d’ailleurs : elle passe de 6,4 pouces sur la précédente génération à 6,67 pouces sur le smartphone actuel. Les améliorations sont plutôt nombreuses, puisque si l’on conserve une définition similaire Full HD+ (2400 x 1080 pixels), on gagne ici non seulement une certification HDR10+, mais surtout un taux de rafraîchissement de 90 Hz. Celui-ci est par défaut automatique, passant de 60 Hz à 90 Hz au gré des applications. Il est cependant possible de forcer ce taux à 90 Hz en permanence au sein des paramètres du mobile. Et dans l’ensemble, on apprécie cet écran, flatteur à l’œil et dont la luminosité, annoncée à 700 nits, semble en tout cas élevée. Il nous faudra bien sûr confirmer cela au cours d’un test complet en Labo. Une chose est sûre : on apprécie la possibilité d’activer la fonction Always-on Display, qui permet d’afficher l’heure et un aperçu des notifications reçues sur l’écran de veille, sans devoir le déverrouiller. Un net plus, complété par une LED de notification incluse en bas du smartphone, appréciable elle aussi.

Asus ZenFone 7 Pro

© LaboFnac

Les performances

Pour son cru 2020, la série ZenFone 7 conserve la puce la plus haut de gamme de Qualcomm. L’an dernier, Asus avait opté pour le Snapdragon 855, remplacé par le Snapdragon 865 pour le ZenFone 7 et par le Snapdragon 865+ pour le ZenFone 7 Pro. 8 Go de mémoire vive l’accompagnent dans l’unique version commercialisée par la marque, ainsi que de la mémoire UFS 3.1, à hauteur de 256 Go extensibles par le biais d’une carte microSD. L’intégration du S865+ se traduit également par une compatibilité avec la 5G, dont le modem est séparé du chipset principal : c’est une des raisons qui expliquent l’embonpoint du ZenFone 7 Pro, qui conserve pourtant la même batterie que son prédécesseur.

Qualcomm Snapdragon 865 Plus

© Qualcomm

Quoi qu’il en soit, le smartphone séduit sans peine, assurant un fonctionnement fluide tout en se contentant d’une chauffe très contenue, même lorsqu’il est très sollicité. Il faudra bien sûr confirmer cela lors d’un test Labo complet, mais nous pouvons nous permettre de ne pas franchement nous inquiéter.

À noter également qu’Asus, dont l’interface s’est longtemps illustrée par ses nombreuses applications préinstallées, a largement gagné en légèreté. Quelques outils sont tout de même déjà présents, à commencer par les réseaux sociaux Facebook et Instagram, ou par le service de streaming Netflix. Pour le reste, l’apparence de cette UI rappelle de plus en plus un Android stock, ce qui n’est pas déplaisant.

Pour assurer une autonomie digne de ses aînés, le ZenFone 7 Pro adopte une batterie de 5000 mAh qui explique d’ailleurs en partie le format imposant de l’appareil. Cette batterie fait l’impasse sur la charge sans fil, ce que d’aucuns regretteront sans doute, mais passe à la charge rapide filaire 30W, le chargeur ad hoc étant fourni à ses côtés. Lors de nos essais, le smartphone d’Asus s’est montré suffisamment endurant pour laisser espérer une autonomie d’au moins une journée. Nous vérifierons bien entendu ce point en Labo.

La photo

Venons-en à la spécificité du ZenFone 7 Pro : sa Flip Camera, c’est-à-dire son bloc photo rotatif. Celui-ci, conçu en liquid metal, se veut plus solide encore que celui du ZenFone 6, avec un moteur plus puissant. Difficile de l’évaluer, mais on retient qu’Asus annonce avoir testé son appareil sur 200 000 cycles de rotation, au lieu de 130 000 sur le ZenFone 6. L’accéléromètre est toujours mis à profit pour enclencher sa fermeture en cas de chute, ce qui est là aussi délicat à vérifier sans dégât irréversible…

Asus ZenFone 7 Pro

© LaboFnac

Ce module se déploie rapidement pour réaliser des selfies ou simplifier la prise de photos selon des angles habituellement peu pratiques : 90, 60 ou 30°. Un bouton dédié sur l’interface de l’application photo permet de choisir parmi les trois angles proposés, qui sont d’ailleurs personnalisables au besoin. On note en outre un léger bip assorti d’un faible bruit de moteur lorsque ce bloc pivote… Il est donc discret, mais pas entièrement.

Asus ZenFone 7 Pro

© LaboFnac

Le module photo du ZenFone 7 Pro se décompose de la manière suivante :

– Un capteur principal de 64 Mpx avec son optique grand-angle (f/1,8)
– Un capteur de 8 Mpx avec objectif téléphoto (f/2,4, équivalent 80 mm pour un zoom 3x)
– Un capteur de 12 Mpx avec une optique ultra-grand-angle (f/2,2, 17 mm)

Si le ZenFone 7 s’écarte du modèle Pro par l’intégration d’un Snapdragon 865 au lieu d’un Snapdragon 865+, et par un stockage de 128 Go au lieu de 256 Go, il perd également une caractéristique importante en photographie : la stabilisation optique. Celle-ci équipe les modules grand-angle et zoom du ZenFone 7 Pro, ce qui compte tout particulièrement pour le cas des photos zoomées.

On note tout d’abord une interface photo riche en options, proposant des modes Pro en photo comme en vidéo – sur ce point, Asus place clairement la barre plus haut que le prix de son smartphone ne le laisserait espérer, assurant un tournage vidéo (non stabilisé toutefois) jusqu’en 8K à 30 fps. Et au rayon de la photographie, la surprise est bonne. Si l’on note quelques différences de colorimétrie entre l’ultra-grand-angle (non stabilisé par ailleurs) et le grand-angle, les scènes sont riches en détails, et les scènes en plein jour sont franchement réussies. En intérieur, un peu de lissage se fait néanmoins sentir, mais un mode nuit (qui profite là encore de la stabilisation) permet de réaliser des clichés nocturnes correctement exposés. L’intérêt de la Flip Camera tient évidemment à sa capacité à fournir des clichés de qualité identique pour les selfies, qui profitent d’ailleurs d’un mode portrait réussi. Dans l’ensemble donc, sans prétendre atteindre la qualité des ténors de la photo mobile, le ZenFone 7 Pro produit des résultats plaisants et à la hauteur de son positionnement tarifaire. Nous aurons bien sûr à cœur de le vérifier plus amplement au cours d’un test en laboratoire.

  • essai photo Asus Zenfone 7 Pro

    Avec zoom © LaboFnac

  • essai photo Asus Zenfone 7 Pro

    Au grand-angle © LaboFnac

  • essai photo Asus Zenfone 7 Pro

    © LaboFnac

  • essai photo Asus Zenfone 7 Pro

    © LaboFnac

  • essai photo Asus Zenfone 7 Pro

    © LaboFnac

Conclusion

Le ZenFone 7 Pro s’inscrit dans la lignée des grands smartphones du moment, et même des mastodontes, avec son poids dépassant allègrement les 200 grammes. C’est toutefois pour la bonne cause, puisque son écran ne concède aucune encoche ni poinçon, ce qui est appréciable pour le visionnage de films ou le jeu mobile. Avec son équipement haut de gamme, il est d’ailleurs taillé pour le multimédia, et sa Flip Camera, qui fait figure d’ovni dans le paysage mobile actuel, se montre efficace. Bref, pour qui accepte ce format original et n’a pas peur des grands smartphones, le ZenFone 7 Pro constitue une option plus abordable que les mobiles premium des marques concurrentes, tout en assurant une expérience qui nous a semblé complète. Un examen en règle au sein de notre Labo permettra bien sûr de vérifier ces bonnes impressions.

A partir de 799€00 sur la Fnac.com Acheter

Test réalisé par

Contenus associés

Produits similaires

Partager ce test :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.