LaboFnac

Prise en main du Huawei P Smart Z : une caméra rétractable pour ce smartphone bon marché

Huawei P Smart Z

Plus grand que le P Smart+, le Huawei P Smart Z présente bon nombre de caractéristiques commune avec le P30 Lite, lui aussi un peu plus petit. Équilibré dans l’ensemble, il se distingue uniquement des autres milieux de gamme de la marque - format excepté - par son appareil photo frontal dissimulé lorsqu’il n’est pas utilisé. Cette caractéristiques vaut-elle à elle seule la peine de s’arrêter au smartphone, d’autant qu’il perd le troisième module photo dorsal qu’arborent les deux autres appareils ? C’est ce que nous devrons vérifier au cours d’un test Labo complet.

Les appareils photo escamotables ont la cote sur les smartphones récents. Ces derniers permettent en effet de proposer des écrans dits borderless et sans encoche. Huawei n’avait pas encore cédé à la tendance, mais s’y met aujourd’hui avec un modèle de milieu de gamme, le P Smart Z. Premières impressions.

Alors que ses P30 Pro et P30 occupent son segment premium, Huawei occupe le terrain des smartphones de milieu de gamme avec ses P Smart, récemment déclinés en un P Smart+ 2019. Mais c’est aujourd’hui un nouveau venu dans la série qui fait ses débuts, puisque le P Smart Z qui s’apprête à sortir en France est inédit dans la famille P Smart. Et s’il partage de nombreux points communs avec les autres appareils qui la composent, il s’en distingue par l’intégration de son appareil photo frontal.

Huawei-P-Smart-Z

© Fahim Alloul / Labo Fnac

Un écran “borderless”

Ce n’est pas le plus léger de la gamme, ni même le plus petit : son boîtier de 163,5 x 77,3 x 8,8 mm pèse tout de même 197 grammes qui ne passent pas inaperçus une fois en main. Cela permet au P Smart Z d’arborer un grand écran de 6,59 pouces, en technologie LTPS (IPS), l’AMOLED restant réservé à la série P30. Celui-ci affiche une définition de 2340 x 1080 pixels en raison de son ratio 19,5:9, et semble jouir d’une colorimétrie correcte, malgré une luminosité qui paraît un peu faible. Cela sera à vérifier à l’occasion d’un test Labo complet. Mais l’intérêt de cette dalle est tout autre : elle n’est entamée par aucune encoche, puisque l’appareil photo frontal du smartphone est caché dans son boîtier. Résultat : l’écran, dont les bordures ne sont toutefois pas les plus fines du marché, occupe environ 84 % de la façade du P Smart Z. Rappelons qu’il s’agit ici d’un smartphone de milieu de gamme facturé 279,90 euros et que les produits assurant un taux d’occupation supérieur à 90 % sont généralement bien plus onéreux.

Huawei-P-Smart-Z

© Fahim Alloul / Labo Fnac

Huawei-P-Smart-Z

© Fahim Alloul / Labo Fnac

Photo

Le P Smart Z doit son design “borderless” ou presque à l’intégration de son appareil photo frontal. Celui-ci est escamotable, tendance que l’on retrouve chez de plus en plus d’appareils et à laquelle Huawei n’avait pas succombé. Samsung propose sur son Galaxy A80 un module rétractable et pivotant, Oppo a récemment choisi un “aileron de requin” sur son Reno. La marque chinoise préfère quant à elle un agencement qui rappelle quelques appareils apparus au récent MWC de Barcelone, puisque son appareil frontal est intégré à un petit module carré sortant dès que l’utilisateur clique sur le bouton dédié aux selfies. Sa sortie est rapide (moins d’une seconde), et correspond peu ou prou au temps mis par l’interface de l’appareil photo à se lancer. Comme toujours sur ce type d’appareils, l’accéléromètre du P Smart Z est mis à profit pour permettre, en cas de chute, au module de se rétracter. Pour autant, on se prend à s’inquiéter de la résistance dans le temps d’un tel appareil.

Huawei-P-Smart-Z

© Fahim Alloul / Labo Fnac

Côté caractéristiques, l’appareil photo en question affiche 16 mégapixels (f/2.0) et propose un mode portrait, sans oublier les traditionnels filtres en réalité augmentée à la Snapchat ou Instagram. Si les clichés réalisés semblent de facture très correcte, nous devrons bien sûr soumettre le smartphone à notre batterie de tests Labo pour émettre un jugement définitif.

Un milieu de gamme équilibré

Comme les autres P Smart, le P Smart Z est équipé d’un boîtier à effet vitré, légèrement incurvé au dos et présentant une prise jack ainsi qu’un port USB Type-C. Le smartphone n’a pas droit au lecteur d’empreintes sous écran que l’on a pu voir sur le P30 Lite. À la manière du P Smart+ 2019, le terminal est en revanche doté d’un lecteur d’empreintes dorsal, ce qui semble un choix plutôt judicieux. Contrairement au modèle “Plus”, le P Smart Z se contente néanmoins d’un double appareil photo dorsal, sans grand-angle donc. Son module de 16 Mpx est ainsi associé à un second de 2 Mpx dédié aux effets de profondeur. L’intégration d’une puce Kirin 710 (avec 4 Go de RAM, 64 Go de stockage et un port microSD) lui permet de bénéficier du mode “intelligence artificielle” offrant un système de reconnaissance de scènes automatique. Un mode Pro et du ralenti à 480 images par seconde sont également de la partie. Notez pour finir que le smartphone tourne sous Android 9.0 Pie avec Emotion UI 9, et qu’il est propulsé par une batterie de 4000 mAh.

Huawei-P-Smart-Z

© Fahim Alloul / Labo Fnac

Conclusion

Plus grand que le P Smart+, le Huawei P Smart Z présente bon nombre de caractéristiques commune avec le P30 Lite, lui aussi un peu plus petit. Équilibré dans l’ensemble, il se distingue uniquement des autres milieux de gamme de la marque - format excepté - par son appareil photo frontal dissimulé lorsqu’il n’est pas utilisé. Cette caractéristiques vaut-elle à elle seule la peine de s’arrêter au smartphone, d’autant qu’il perd le troisième module photo dorsal qu’arborent les deux autres appareils ? C’est ce que nous devrons vérifier au cours d’un test Labo complet.

Test réalisé par

Contenus associés

Produits similaires

Partager ce test :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.