LaboFnac

Test Labo du Sony Xperia XZ2 : du nouveau dans tous les domaines

sony-xperia-xz2

Avec son Xperia XZ2, Sony enrichit l'expérience multimédia de jolie manière grâce à des fonctions prometteuses, et d'autres un peu plus gadget. Le constructeur modifie aussi son design, ce qui devrait rassurer un peu les foules sur la capacité du Nippon à se renouveler. Toutefois, ce n’est pas sans quelques petits défauts ergonomiques et autres choix peu judicieux (absence de prise Jack, position du lecteur d’empreintes…). La bonne nouvelle, c’est que Sony a révisé sa partie photo, et le smartphone convainc plus que ses ainés dans ce domaine, sans toutefois accrocher les performances des meilleurs élèves. Le Snapdragon 845 offre par contre des performances excellentes, parmi les meilleures du moment (si ce n’est la meilleure), tandis que l’écran est plutôt bien calibré. Les performances radio sont très bonnes, et l’autonomie est appréciable. Seule la partie audio aurait mérité de convaincre encore un peu plus. Le XZ2 est quoi qu’il en soit un bon smartphone, auquel il ne manque que peu pour totalement séduire.
(La note technique globale ci-dessous ne prend pas en compte l'évaluation de la photo, toujours en cours de test au Labo.)

Note technique du Labo

  • - Très bonnes performances
  • - Amélioration en photo (même s'il reste du chemin à parcourir)
  • - Bonne réception radio
  • - Nouveautés logicielles et design
  • - Des surfaces vitrées qui glissent (beaucoup)
  • - Emplacement trop bas du lecteur d'empreintes
  • - Appareil photo toujours médiocre de nuit

Présenté lors du salon du MWC 2018, le Sony Xperia XZ2 a fait plutôt bonne impression. Il faut dire que le smartphone bouscule les lignes de la gamme, et s'adapte un peu plus à un marché du haut de gamme où la concurrence est plus forte que jamais. Est-ce suffisant pour séduire ? Réponse dans ce test.

Le Sony Xperia XZ2 est le flagship de chez Sony pour cette année 2018. Il possède notamment un écran IPS LCD de 5,7 pouces à la définition Full HD+ (2160 x 1080 pixels), un chipset octo-coeur Snapdragon 845 associé à 4 Go de mémoire vive, un espace de stockage de 64 Go suppléé par un port microSD, ou encore un appareil photo dorsal, simple, de 19 mégapixels (f/2,0). Pas de double module donc, et il en va de même avec la caméra avant qui affiche quant à elle 5 mégapixels. La captation vidéo est possible en 4K à 30 fps, et un mode HDR fait son apparition. Compatible 4G de catégorie 18, le terminal embarque aussi une batterie de 3180 mAh compatible avec la charge rapide et sans-fil. Dépourvu de prise Jack, mais embarquant un port USB-C, le XZ2 est installé sous Android 8.0 Oreo avec l’interface Sony UI.

sony xperia xz2

© Romain Challand

L'ergonomie et le design

Vous réclamiez du changement ? Sony vous a finalement écouté. Avec son Xperia XZ2, l’entreprise japonaise s’est décidée à faire bouger ses lignes esthétiques. Le Nippon abandonne donc son classicisme marqué par un format rectangulaire, des lignes droites (tranches), un dos plat, et des coins arrondis. Le XZ2 abandonne un peu tout cela et se montre audacieux, à commencer par un dos qui s’arrondit et épouse la forme de la main. Remarquons également que cette surface dorsale s’habille de verre, et que cette combinaison engendre un effet secondaire non désiré : le téléphone glisse. Il nous faut le mentionner parce que notre modèle a lentement glissé le long d’une table pas tout à fait droite durant notre test, heureusement sans casse.

sony xperia xz2

© Romain Challand

Cette coque intègre également plusieurs éléments, à commencer par le lecteur d’empreintes digitales, placé presque en plein milieu. Un choix légèrement discutable puisqu’il force à plier l’index pour réussir à déverrouiller le mobile. Au-dessus, on retrouve le capteur photo Motion Eye de 19 mégapixels, et la ribambelle de capteurs disposés encore au-dessus, en plus du flash LED et de la puce NFC.

sony xperia xz2

© Romain Challand

Si vous retournez le téléphone, vous constaterez que la vitre avant est de type 2,5D, c’est-à-dire qu’elle est arrondie sur les tranches. C’est joli et cela témoigne d’une construction soignée, mais il faudra là aussi veiller aux glissades malencontreuses.

sony xperia xz2

© Romain Challand

Intéressons-nous un peu aux tranches du smartphone, qui comportent les éléments classiques de chez Sony, à savoir de fins boutons de démarrage et de réglage du volume, ainsi que la touche dédiée à l’appareil photo. En haut, le chariot SIM prend place et a toujours la fâcheuse tendance à éteindre le smartphone dès lors que vous essayez de le retirer. Sur la tranche inférieure, le mobile intègre un port USB-C, comme Sony en a maintenant pris l’habitude depuis un moment.

sony xperia xz2

© Romain Challand

Par contre, vous ne risquez pas d’y trouver un port Jack. Sony l’a supprimé sur ce modèle, mais fournit du coup un adaptateur USB-C vers Jack 3,5mm dans la boîte. Mais comme pour les produits d’Apple et quelques autres smartphones, cela empêche par exemple d’écouter la musique via cette fiche jack et de recharger le mobile en même temps. Ce qui peut être gênant.

L'écran

Vous le savez, le Sony Xperia XZ2 est équipé d’un écran de 5,7 pouces à la définition Full HD+, c’est-à-dire 2160 x 1080 pixels. Ici comme ailleurs, il s’agit d’une définition adaptée au format 18:9 de l’écran. Ceci offre par ailleurs une résolution de 422 pixels par pouce, plus que suffisante pour une lecture confortable et détaillée. Notez également que le taux d’occupation de l’écran sur la façade est de 76%, loin des cadors du secteur. Sony n’a en effet pas jugé utile d’opter pour un écran dit borderless.

Du côté de la colorimétrie, Sony ne fait pas dans la surenchère et annonce simplement la couverture de l’espace sRGB, tout en intégrant ses usuelles technologies d’écran que sont le Triluminos, censé apporter de la richesse aux couleurs, et le X-Reality, qui offre théoriquement un rendu proche d’une vidéo HDR. En parlant de HDR, notez que ce mobile lit les vidéos HDR que vous trouverez sur Netflix et les autres plateformes (point à vérifier). Bref, revenons en à nos moutons et balayons la théorie : les couleurs proposées par ce XZ2 ne sont pas meilleures que celles des autres marques et produits. Proche de l’idéal sur les coloris bleu, cyan, magenta et jaune, le XZ2 affiche une dérive sur le rouge et le vert, suffisamment au moins pour lui offrir un delta U’V moyen de 0,016, qui aurait pu se réduire encore avec quelques efforts. Pour le cru 2018, l’écran du Samsung Galaxy S9 est par exemple plus fidèle au niveau de la colorimétrie, tout comme celui de l’iPhone X. On espère donc que celui du XZ2 Premium sera en mesure de tutoyer les deux géants.

sony xperia xz2

© Romain Challand

Concernant les taux de contraste, ils sont de 1507 pour 1 (4 bits), et de 300 pour 5 (17 bits), ce qui place notre mobile dans la moyenne. À titre de comparaison, le Galaxy S9 de Samsung offre un taux de contraste de 385:5, bien meilleur donc, et qui permet au téléphone d’afficher des noirs plus profonds ainsi que d’améliorer l’expérience vidéo. Mais rappelons aussi que le S9 jouit d’une dalle AMOLED, quand le XZ2 se contente d’un LCD IPS.

Xperia XZ2 Gamut

Surface Gamut du Xperia XZ2 en mode Standard © Labo Fnac

En matière de directivité, là aussi, le XZ2 se veut classique, n’offrant ni plus ni moins que ses concurrents directs. Nous avons mesuré une luminosité, en face, de 241 cd/m2, qui ne tombe qu’à 197 cd/m2 pour un angle de 15 degrés. À 30 degrés, cette luminosité tombe à 102 cd/m2, et à 46 cd/m2 pour un angle de 45 degrés. Ce que cela signifie, c’est que l’écran du XZ2 peut être partagé sans trop de problèmes. À l’utilisation, on note toutefois une assez forte propension aux reflets, mais le traitement de cet écran le rend peu salissant (ou du moins facilement nettoyable) ce qui est un point appréciable.

À gauche, la directivité de l’écran sur du blanc. À droite, sur du noir. © Labo Fnac

L'interface utilisateur

D’ordinaire, on ne se serait pas vraiment attardé sur le partie logicielle d’un smartphone Xperia, tant le constructeur s’échine à fournir la même d’une année sur l’autre. Mais avec ce Xperia XZ2, il y a quelques nouveautés, ou du moins une véritablement intéressante : le système de vibration dynamique. Inspiré de la technologie audio des téléviseurs Sony – ceux dont la dalle écran vibre – ce système offre un outil d’immersion intéressant pour les contenus multimédia.

screen vibration dynamique

L’intensité des vibrations est configurable © Labo Fnac

En effet, cette fonctionnalité s’adapte à vos contenus vidéo, sur Netflix ou YouTube par exemple, et offre des vibrations adaptées aux scènes visionnées. En fait, il semblerait que le smartphone calque fort logiquement les vibrations sur les fréquences audio graves, offrant un peu la même sensation que le caisson de basses d’un système home cinéma. Et comme pour ce dernier, cela signifie que les scènes d’actions sont particulièrement impressionnantes, mais que la dalle vibre également quand un personnage a une voix particulièrement grave. Mieux encore, le système ne se contente pas de la vidéo, mais s’adapte également à la musique, sur votre application Spotify par exemple. Mais elle s’avère moins pertinente dans ce cas de figure où il sera rare de tenir son smartphone juste pour profiter de la vibration à chaque coup sur la ligne de basses.

interface xperia xz2

L’interface classique de Sony © Labo Fnac

L’autre nouveauté logicielle présentée avec le téléphone, c’est le Generator 3D pour les selfies. Si cette fonctionnalité, bien que peu utile, se montre très précise avec la caméra dorsale et un modèle fixe, elle est bien moins simple à utiliser seul. Les scans de son propre visage se rapprochent plus du cubisme que d’autre chose…

Autrement, le XZ2 est installé sous Android 8.0 Oreo, la dernière version de l’OS de Google, et se montre particulièrement fluide à l’utilisation.

Les performances

Haut de gamme oblige, le XZ2 est équipé de ce qui se fait de mieux niveau chipset. On y trouve donc un chipset Qualcomm Snapdragon 845 associé à 4 Go de mémoire vive, bien que de nombreux autres smartphones jouent la surenchère de RAM pour se dire “gamer”. Si vous êtes un peu geek dans l’âme, ne craignez pas de faire tourner vos jeux avec ce téléphone qui se montre franchement performant et endurant. Histoire de se marrer un peu, nous avons fait tourner divers jeux sur l’engin, qui ne faiblit pas vraiment, même en multijoueur en ligne. Nos parties de PUBG se sont par exemple très bien déroulées… mais ne le dites pas à mon patron.

Pour aborder le sujet de manière un peu plus scientifique, revenons en à notre protocole maison qui consiste à simuler l’apparition d’items sur une application javascript. Sur ce test, le XZ2 obtient 15 fps et un temps de réponse de 65 ms sur des processus très légers. Notez que ce seuil de 15 fps est d’ailleurs le niveau le plus élevé ou presque de notre protocole. Le XZ2 poursuit avec 10 fps sur les processus ordinaires, 8 fps sur les complexes, et finit difficilement à 3 fps sur les processus très complexes. Pour faire un peu de comparaison, le Samsung Galaxy S9 ne fait pas mieux avec 5 et 4 fps sur ces deux derniers processus.

La photo et la vidéo

La photographie. Voilà un sujet toujours un peu délicat avec Sony. Le constructeur fournit ses capteurs photo à tous les fabricants de smartphones, mais la plupart sont plus réputés que lui dans ce domaine. La faute à une application un peu gauche, et une drôle d’intégration logicielle : lissage excessif, et faibles compétences nocturnes ternissant des clichés pourtant honorables de jour, sont souvent au menu.

sony xperia xz2

© Romain Challand

Mais bonne nouvelle, ce XZ2 rompt enfin avec les vieux démons de Sony ! D’abord, l’application reste inchangé, mais la visualisation des photographies s’est améliorée. Auparavant, la photo finale mettait quelques secondes à se charger et se mettre en pleine définition, offrant donc des prévisualisations peu ragoûtantes, alors qu’elle est ici presque immédiate. Voilà qui donne d’emblée plus envie d’utiliser l’appareil photo.

Mais surtout, la qualité photographique a changé, comme si Sony avait enfin décidé de s’attaquer à ce chantier-là, alors que la marque reconduit un capteur Exmor RS de 19 mégapixels. Certes les clichés n’étaient pas toujours mauvais auparavant, mais il ne fallait pas confronter le capteur à des situations trop complexes. Ici, le smartphone offre des clichés plus nets et plutôt bien définis dans la plupart des situations. Tout n’est pas parfait évidemment, avec des différences entre hautes et basses lumières pas encore maîtrisées au mieux, ce qui demande souvent d’avoir à ajuster la luminosité un peu.

En faible luminosité, Sony fait aussi des progrès avec un rendu moins bruité, flou, et lisse qu’auparavant. N’attendez toutefois pas des merveilles dont ce produit n’est pas capable. S’il rattrape une partie du retard pris par rapport à la concurrence, le XZ2 a encore un peu de mal à rivaliser avec les cadors du domaine que sont HTC, LG ou encore Samsung. Ce sera peut-être pour la prochaine génération ?

Enfin, rappelons que le XZ2 propose le Super Slow-Motion à 960 fps, qui avait fait un tabac sur les modèles précédents, et qui est désormais compatible avec la captation en Full HD. Il est également permis de filmer en HDR, au prix de vidéos un peu saccadées cependant, et sans que ce traitement soit véritablement pertinent hormis dans quelques situations précises, comme la très basse luminosité.

  • sony xperia xz2

    © Romain Challand / Labo Fnac

  • sony xperia xz2

    © Romain Challand / Labo Fnac

  • sony xperia xz2

    © Romain Challand / Labo Fnac

  • sony xperia xz2

    © Romain Challand / Labo Fnac

  • sony xperia xz2

    © Romain Challand / Labo Fnac

Le rendu audio

Sony nous a promis des haut-parleurs stéréo sur ce smartphone, et la promesse est tenue. L’expérience audio n’est pas absolument bousculée pour autant, même si le smartphone affiche une bande passante acoustique assez linéaire de 250 Hz à 5 kHz. La puissance audio n’est pas non plus multipliée, avec 70 dB.

 

Quant à la sortie casque, qui passe donc par l’utilisation de l’adaptateur USB-C vers Jack 3,5 mm, elle est plutôt de bonne facture. Il faudra par contre faire avec un niveau acoustique moyen plutôt faible de 62 dB. Le smartphone contient assez bien la distorsion, et les mesures de diaphonie sont bonnes. La sensibilité est de 101 mV.

Ne vous embêtez par contre pas à utiliser les écouteurs fournis avec le produit : ils sont franchement médiocres. La distorsion est marquée, et la sensibilité faible. Quant à la bande passante acoustique, elle ne montre que de faibles qualités. Privilégiez un autre casque.

La qualité de réception (performances radio)

Est-ce que le Sony Xperia XZ2 est un smartphone à choisir si l’on souhaite une bonne réception radio ? La réponse est oui, et le terminal montre de belles performances sur nos tests en chambre anéchoique. Soumis à nos tests de réception 3G, le téléphone montre une excellente sensibilité, et une directivité moyenne. Il faudra donc simplement faire attention à l’orientation du téléphone.

En 4G, le téléphone est également bon en sensibilité, tout particulièrement sur les bandes 3 et 20 (1800 et 800 MHz). La directivité y est moins marquée, quoique perfectible sur les bandes 7 et 20 (2600 et 800 MHz). Enfin, le débit est bon quelle que soit la bande utilisée. Bref, un bilan très positif.

L'autonomie

Qu’en est-il de l’autonomie ? Sur notre protocole maison, simulant notamment de la navigation web sans discontinuer, notre produit parvient à survivre 10 heures et 54 minutes. Quand on sait que Sony propose aussi des modes Stamina assez pertinents, le terminal devrait donc permettre sans mal de jouer de longues heures.

Il faudra par contre faire avec un temps de charge assez long, de 2 heures et 26 minutes. Le mobile est compatible avec la charge sans-fil.

Conclusion

Avec son Xperia XZ2, Sony enrichit l'expérience multimédia de jolie manière grâce à des fonctions prometteuses, et d'autres un peu plus gadget. Le constructeur modifie aussi son design, ce qui devrait rassurer un peu les foules sur la capacité du Nippon à se renouveler. Toutefois, ce n’est pas sans quelques petits défauts ergonomiques et autres choix peu judicieux (absence de prise Jack, position du lecteur d’empreintes…). La bonne nouvelle, c’est que Sony a révisé sa partie photo, et le smartphone convainc plus que ses ainés dans ce domaine, sans toutefois accrocher les performances des meilleurs élèves. Le Snapdragon 845 offre par contre des performances excellentes, parmi les meilleures du moment (si ce n’est la meilleure), tandis que l’écran est plutôt bien calibré. Les performances radio sont très bonnes, et l’autonomie est appréciable. Seule la partie audio aurait mérité de convaincre encore un peu plus. Le XZ2 est quoi qu’il en soit un bon smartphone, auquel il ne manque que peu pour totalement séduire.
(La note technique globale ci-dessous ne prend pas en compte l'évaluation de la photo, toujours en cours de test au Labo.)

Note technique du Labo

Test réalisé par

Contenus associés

Produits similaires

Partager ce test :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.