LaboFnac

Prise en main de l’Oppo Reno2 : un excellent photophone à prix d’ami ?

test Oppo Reno2

Le Reno2 se trouve face à une féroce concurrence à sa sortie. Pourtant, après plusieurs jours passés à le manipuler, nous pouvons d’ores et déjà vous dire qu’il ne devrait pas rougir de la comparaison. Entre son bel écran, sa fonction photo très prometteuse, son design sobre et réussi, sa capacité à faire tourner parfaitement les jeux les plus gourmands et son autonomie très correcte, il pourrait même être en mesure de titiller des smartphones plus onéreux. Pour en avoir le cœur net, il faudra toutefois attendre les résultats complets de notre test en laboratoire, qui vient de débuter. Le verdict ne devrait donc plus trop tarder.

Après des premiers pas un peu timides en France, Oppo semble avoir trouvé son rythme de croisière avec la gamme Reno. Le fabricant dégaine déjà un Reno 2, que nous avons pu longuement prendre en main. Voici nos premières impressions à son sujet.

Il y a six mois à peine, Oppo officialisait les Reno et Reno 10x. Le constructeur semble ne pas vouloir perdre de temps puisqu’il dévoile d’ores et déjà le Reno 2, une mise à jour significative du premier cité. Le nouveau propose en effet une fiche technique très intéressante, dont voici les principaux éléments :

– Ecran AMOLED de 6,5 pouces (Full HD+) protégé en Gorilla Glass 6
– Snapdragon 730G, optimisé pour le gaming
– 8 Go RAM / 256 Go extensible
– Quadruple module photo : principal de 48 mégapixels (Sony IMX586) f/1.7 ; ultra grand-angle : 8 mégapixels, f/2.2 ; zoom hybride x5 : 13 mégapixels, f/2.4 ; bokeh/Portrait: 2 mégapixels, f/2,4
– Caméra frontale de 16 mégapixels (f/2.0) dissimulé dans un « aileron de requin »
– Batterie de 4000 mAh compatible charge rapide VOOC 3.0

Le nouveau smartphone d’Oppo est également résistant aux éclaboussures et à la poussière, mais il n’est pas étanche. Il dispose d’un lecteur d’empreinte optique sous l’écran de dernière génération et l’ensemble tourne sous Android 9.0 Pie avec ColorOS 6.1.

Oppo Reno 2

© Oppo

Le Reno 2 sera disponible à partir du 18 octobre, au prix public conseillé de 499 euros. On notera avec plaisir que le constructeur intègre une coque de bonne facture et un chargeur rapide (compatible VOOC 3) dans la boîte de l’appareil.

Le design et l’ergonomie

Oppo a été l’un des premiers constructeurs à s’affranchir de l’encoche, de manière assez spectaculaire qui plus est, avec le Find X. Depuis, le fabricant propose régulièrement des smartphones sans encoche, notamment avec le système de l’aileron. C’est justement lui qui est ici utilisé. Le Reno2 propose donc un grand écran sans aucune encoche disgracieuse. Avec des bordures d’écran très fines qui plus est. La face avant est donc épurée à l’extrême puisqu’elle n’est quasiment constituée que de l’afficheur. Elle occupe en effet un peu plus de 93 % de la face avant. Un score qui reste impressionnant même à une époque où les afficheurs de la concurrence tendent à dévorer toujours plus les faces avant des smartphones.

Oppo Reno 2

© LaboFnac

L’arrière est presque aussi épuré, puisque Oppo a placé les quatre modules photo les uns sous les autres. Ils ne dépassent pas de la coque et sont même insérés dans un bandeau noir. Malgré leur nombre, ils ne vampirisent donc pas le design. Les deux coloris (noir ou bleu) sont dans l’air du temps et devaient plaire au plus grand nombre. On regrette juste que l’arrière de la coque, lui aussi en verre (Gorilla Glass 5), soit assez sensible aux traces de doigts. Il n’y évidemment pas de lecteur physique d’empreintes digitales puisque ce dernier est intégré sous l’écran. Oppo nous précise que le délai de réponse du capteur est de 320 ms quand l’écran est éteint et de 280 ms quand il est allumé. Au-delà de ces chiffres, nous pouvons vous dire qu’il se montre très réactif au quotidien.

Oppo Reno 2

© LaboFnac

Côté préhension, le Reno 2 se montre relativement compact au regard de la taille de son écran, avec des dimensions de 160 x 74,3 x 9,5 mm. Néanmoins, il reste sans surprise assez compliqué à utiliser à une seule main. On notera tout de même que son ratio 20:9 lui permet de proposer une largeur raisonnable, qui facilite sa manipulation, même pour les mains les moins grandes. Enfin, avec 189 g sur la balance, il se montre parfaitement équilibré.

L'écran

Pour l’affichage de son Reno2, Oppo a choisi une dalle AMOLED de 6,5 pouces au format 20:9, et protégé par un verre Gorilla Glass 6. Il profite d’une définition Full HD+, de 2400 x 1080 pixels, ce qui représente une densité de 401 pixels par pouce. Largement suffisant donc pour profiter confortablement de tous les types d’usages, des vidéos aux jeux, en passant par la navigation Web ou la consultation des réseaux sociaux. Technologie AMOLED oblige, les contrastes paraissent très bons, de même que la colorimétrie nous a semblé plutôt juste. Quant à la luminosité, elle ne nous a posé aucun problème, ni dans le cadre d’un usage normal, ni en extérieur. Même en plus soleil, l’écran est resté parfaitement lisible.

Oppo Reno 2

© LaboFnac

Les performances

Le Reno 2 est équipé d’une puce Qualcomm Snapdragon 730 G, épaulée par 8 Go de mémoire. Même s’il ne s’agit pas de la puce la plus haut de gamme du fondeur américain, cette configuration reste assez musclée sur le papier. D’autant que le « G » dans 730 G signifie que la puce a été optimisée pour le gaming. En attendant que la puce passe notre test de performance au Labo, nous avons testé de longues heures durant l’appareil avec les deux jeux mobiles les plus populaires du moment : Mario Kart Tour et Call of Duty Mobile. Si le premier cité ne semble pas trop lourd sur le plan technique, le second est autrement plus exigeant. Mais dans ces deux cas comme avec les autres jeux que nous avons lancés plus épisodiquement (Dead Trigger 2, Asphalt 9, etc.), le smartphone s’en est parfaitement sorti. Ils restent fluides en toute circonstance, tout en se montrant bien détaillés.

La photo et la vidéo

L’aspect photographique est sans doute celui qui progresse le plus entre le premier Reno et son successeur qui nous intéresse ici. Le nouveau venu intègre en effet pas moins de quatre modules photo. Avant de commenter les premiers résultats que nous avons obtenus avec, commençons par les détailler :

– Grand angle : capteur de 48 Mpx, taille du capteur de 1/2.0″, taille des pixels de 0.8 µm ; ouverture f/1,7, longueur focale 25,8 mm

– Téléobjectif : capteur de 13 Mpx, taille du capteur de 1/3,4″, taille des pixels de 1.0 µm, ouverture focale f/2,4, longueur focale 57,5 mm

– Ultra grand-angle (116°) : capteur de 8 Mpx,  taille du capteur de 1/3,2″, taille des pixels de 1,4 µm, ouverture f/2,2, longueur focale 18,4 mm

– Capteur de profondeur (bokeh) : capteur de 2 Mpx,  taille du capteur de 1/5,0″, taille des pixels de 1,75 µm, ouverture f/2,4, longueur focale 23,9 mm

Oppo Reno2

© LaboFnac

Les smartphones embarquant quatre modules sont encore très rares. Même si cela ne représente pas forcément un gage de qualité. Dans le cas qui nous intéresse ici, Oppo semble avoir parfaitement réussi son coup. Si on peut soupçonner le constructeur d’avoir mis le quatrième module uniquement pour rendre la fiche technique plus belle, peu importe au fond. La seule chose qui compte est évidemment le rendu photographique. Et de ce point de vue, le Reno délivre une prestation convaincante, du moins pour ce que nous avons pu en constater à l’usage. Comme pour le reste, les résultats de notre laboratoire viendront infirmer ou confirmer notre appréciation empirique. Et cette appréciation est très positive, puisque les photos prises par le Reno2 sont globalement très bonnes. Lorsque la luminosité est idéale, le smartphone permet de capturer des clichés à la fois riches en détails, assez fidèles sur le plan colorimétrique et offrant une plage dynamique très correcte. Évidemment, c’est plutôt lorsque la lumière vient à manquer que l’appareil est attendu au tournant. Dans ces conditions, les modules photo du Reno2 s’en tirent étonnamment bien. Il ne fait pas aussi bien que les tout meilleurs du genre, il parvient tout de même à tirer son épingle du jeu, avec une bonne maîtrise du bruit et un niveau de détail qui reste correct. La fonction photo profite aussi d’un mode nuit qui fonctionne sur le même principe que ceux de la concurrence, et qui produit des résultats satisfaisants si prenez bien soin de ne pas bouger. On note aussi la présence d’un mode « ultra dark », qui s’active automatiquement y dès que la luminosité passe sous 1 Lux. L’interface de la fonction photo intègre en outre la détection automatique de scène. Si elle fonctionne plutôt bien dans l’ensemble, les puristes préféreront la désactiver dans la mesure où elle change le rendu en fonction de la scène détectée.

Pour en revenir au comportement des différents modules, on apprécie le fait qu’ils bénéficient tous à la fois d’un autofocus et de la capacité à utiliser le mode nuit. Une particularité particulièrement intéressante pour l’utilisation du grand-angle lorsque la lumière ambiante est faible, et qui permet de shooter des jolies photos de paysages de nuit. On note aussi la présence d’un zoom hybride 5x, qui est équivalent à une distance focale de 83 mm. Cette fonction combine la focale du téléobjectif (x2) avec un grossissement numérique, pour un rendu assez honnête, à défaut d’inoubliable. On note en revanche en x2, le rendu est très propre, avec peu de perte de détails apparente par rapport au module principal.

Oppo Reno 2

© Oppo

Enfin, côté vidéo, l’appareil supporte la captation jusqu’à la résolution UHD 4K, à 30 i/s. On peut aussi filmer en 1080p, à 60 i/s. En revanche, le mode Ultra Stable supporte au mieux  les vidéos en 1080p à 60 i/s. Il fait appel à la fois au gyroscope, à la stabilisation optique et à la stabilisation numérique.

L'interface

Comme toujours, Oppo a plaqué sa propre interface utilisateur sur le système d’exploitation Android, ici présent en version 9 (Pie). C’est donc ColorOS 6.1 qui vous accueillera lorsque vous allumerez le smartphone. Cette interface s’améliore de version en version, de sorte qu’il n’y a plus grand-chose à lui reprocher avec cette sixième itération. Si elle ne se montre pas très innovante, elle délivre une prestation convaincante, Oppo ayant gommé tous les points de frustration des précédentes versions de l’interface. Elle se montre à la fois complète et efficace. Il est ainsi possible de choisir de laisser le tiroir d’applications ou pas, de changer le thème et on apprécie le design général, avec des zones claires et intelligibles pour les notifications et les paramètres.

L’autonomie

Oppo a doté son Reno2 d’une batterie de 4000 mAh, qui permet à l’appareil d’envisager une journée et à demi à deux jours d’autonomie en usage classique. Si vous êtes un utilisateur intensif, il faudra vraiment avoir la main lourde pour que l’appareil ne tienne pas une grosse journée. Car même en jouant une bonne heure et en utilisant Waze plusieurs dizaines de minutes, le Reno2 a tenu la journée, en ayant encore un peu d’énergie à l’heure d’aller au lit. De plus, l’appareil se montre également compatible avec la recharge VOOC 3.0, qui promet de remplir 51 % de la batterie en 30 minutes à peine.

Conclusion

Le Reno2 se trouve face à une féroce concurrence à sa sortie. Pourtant, après plusieurs jours passés à le manipuler, nous pouvons d’ores et déjà vous dire qu’il ne devrait pas rougir de la comparaison. Entre son bel écran, sa fonction photo très prometteuse, son design sobre et réussi, sa capacité à faire tourner parfaitement les jeux les plus gourmands et son autonomie très correcte, il pourrait même être en mesure de titiller des smartphones plus onéreux. Pour en avoir le cœur net, il faudra toutefois attendre les résultats complets de notre test en laboratoire, qui vient de débuter. Le verdict ne devrait donc plus trop tarder.

Test réalisé par

Contenus associés

Produits similaires

Partager ce test :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.