LaboFnac

Test Labo de l’Asus ROG Phone II : le smartphone gaming ultime

test Asus ROG Phone II

Le ROG Phone premier du nom nous avait agréablement surpris, mais souffrait quand même de quelques défauts gênants pour qui voulait utiliser son mobile pour autre chose que du jeu. Asus a entendu les critiques et corrige le tir avec brio avec son successeur, le ROG Phone II ici testé. Ce modèle est avant tout le meilleur smartphone dédié aux jeux vidéo disponible à date. Le constructeur a su allier une puissance de feu impressionnante sur le plan matériel avec une optimisation logicielle parfaite pour profiter des jeux en situation de mobilité. Au-delà de cette performance remarquable, l’appareil profite cette fois d’une fonction photo enfin à la hauteur, notamment pour le module principal. Ajoutez à cela un écran de très bonne facture et une excellente autonomie, et vous obtiendrez un smartphone qui brille pour le gaming, mais qui sait aussi faire bonne figure au quotidien.

Note technique du Labo

  • - Performances gaming à la pointe
  • - Très bonne autonomie
  • - Ecran de qualité (120 Hz)
  • - Design massif, mais cohérent avec son positionnement
  • - Pas de module photo avec zoom

Après un premier ROG Phone qui a prouvé qu’Asus avait de grandes ambitions dans le domaine des smartphones pour joueurs, le constructeur taïwanais met la barre encore plus haut avec son successeur, le ROG Phone II. Voyons si sa prestation à l’usage et sous les sondes de notre laboratoire est à la hauteur de sa fiche technique impressionnante.

Au fil des ans, les fabricants de smartphones Android ont essayé à maintes reprises de séduire les joueurs PC et console avec des modèles estampillés “gamers”. Néanmoins, ces modèles n’ont jamais vraiment convaincu. Les deux principales raisons de ces échecs sont à nos yeux un matériel qui n’avait de “gamer” que le nom d’une part, et d’autre part (et surtout) un écosystème applicatif qui n’était pas au point sur Android. Comprenez par là que les jeux capables de tirer parti de plus de puissance technique étaient tout simplement absents du Google Play Store. Aujourd’hui, la donne est différente avec l’explosion de la popularité de certains multijoueurs en ligne, au premier rang desquels Fortnite, PUBG Mobile ou encore Call of Duty Mobile. Asus et quelques-uns de ses concurrents ont senti le vent tourner et se sont engouffrés dans la brèche. Après un premier ROG Phone assez réussi, mais perfectible, Asus revient avec le ROG Phone II que nous testons ici. Avant de nous pencher sur ses performances, commençons par revenir sur la fiche technique de la bête.

Asus ROG Phone II

© Asus

Le constructeur taïwanais réalise clairement un sans-faute de ce point de vue. L’appareil embarque en effet le chipset le plus performant possible pour un smartphone Android, à savoir le Qualcomm Snapdragon 855+ et sa puce graphique Adreno 640, cadencée à 700 MHz. La version que nous testons propose en outre 12 Go de mémoire vive et 512 de mémoire de stockage (UFS 3.0). Même si l’appareil ne propose pas de port microSD pour étendre la mémoire, cette capacité de base gargantuesque devrait largement suffire à la grande majorité des utilisateurs. L’affichage a pour sa part été confié à un écran AMOLED de 6,6 pouces en Full HD+ (2340 x 1080 pixels) et protégé par une vitre Gorilla Glass 6. Il se distingue surtout par son taux de rafraîchissement impressionnant sur un smartphone, de 120 Hz. Asus promet en outre un temps de réponse de 1 ms seulement pour la dalle. Cet écran est par ailleurs compatible avec le HDR 10 bits, couvre – toujours d’après le constructeur – l’espace colorimétrique DCI-P3 et offre un système d’upscaling HDR.

Par rapport au premier modèle, on note aussi des améliorations sur le front de la photo. Le smartphone propose ainsi deux modules dorsaux de 48 et 13 mégapixels, le second avec grand-angle à 125°, mais aussi un capteur frontal de 24 Mpx.

Pour le reste, la fiche technique mentionne également une compatibilité avec le WiFi 6, avec le Bluetooth 5.0. Enfin, l’appareil conserve une prise jack 3,5 mm et dispose d’une batterie conséquente de 6000 mAh.

On notera que l’appareil est fourni avec un module externe baptisé AeroActive Cooler II. Il prend place sur le port USB-C placé sur la tranche du mobile et permet d’améliorer encore la dissipation thermique, et donc le refroidissement de l’appareil. Pour les amateurs du genre, il existe également un nombre impressionnant d’accessoires optionnels dédiés au ROG Phone II.

L'ergonomie et le design

Avec ses dimensions de 171 x 77,6 x 9,5 mm et son poids de 240 g, le ROG Phone II ne boxe évidemment pas dans la catégorie des poids plumes. Ce qui n’est guère étonnant quand on sait que l’appareil embarque un écran très confortable de près de 6,6 pouces. De plus, Asus a également utilisé de l’aluminium pour la coque, un choix qui permet à l’ensemble de dégager une belle impression de qualité et de robustesse. Mais qui se fait au détriment du poids donc. Les 240g se font sentir dans une poche de veste ou de pantalon. Mais la sensation n’est pas si gênante si vous êtes déjà habitués à manipuler des smartphones XL. À titre de comparaison, un iPhone 11 Pro Max ne fait que 14 g de moins.

Asus ROG Phone II

© LaboFnac

Smartphone gamer oblige, le design se montre assez racé, comme vous pourrez le constater sur les photos.

Asus ROG Phone II

© LaboFnac

Des évents sont même présents au dos de l’appareil pour améliorer la dissipation thermique. Quant au logo au dos, il profite d’un éclairage qui le met particulièrement en valeur. Asus reprend donc sans surprise les codes esthétiques de ses PC ROG dédiés aux joueurs. L’appréciation ou pas de ce genre de design dépendra évidemment de vos goûts. Néanmoins, il est bon de signaler que ce ROG Phone II arbore un look qui nous semble un peu plus discret que celui de son prédécesseur. En fait, il suffit de désactiver l’éclairage du logo pour qu’il passe tout de suite un peu plus inaperçu au quotidien. Notez que le lecteur d’empreintes digitales trouve place sous l’écran pour sa part. Pas grand-chose à en redire si ce n’est qu’il s’est montré aussi fiable que fonctionnel lors de nos tests.

Asus ROG Phone II

© LaboFnac

Côté préhension, le mobile se montre logiquement assez compliqué à manipuler à une seule main, tant du fait de son poids que de la taille de son écran. À deux mains, il n’y a en revanche aucun problème pour une manipulation en mode portrait dans la mesure où le poids en question se montre bien équilibré. En mode paysage, notamment pour jouer, l’utilisation devient un véritable plaisir. Le poids ne pose alors plus aucun problème et nous avons passé de longues heures dans cette position sans ressentir de fatigue dans les mains ou les avant-bras.

Asus ROG Phone II

© LaboFnac

Si nous reviendrons plus loin sur les optimisations logicielles apportées par Asus sur la partie gaming, c’est bien ici que nous allons évoquer les AirTriggers. Déjà présents sur le premier ROG, il s’agit de deux zones physiques situées sur la tranche droite du smartphone, et qui font office de véritables gâchettes, un peu comme les boutons R et L d’une manette, une fois le smartphone tourné en paysage pour jouer. Néanmoins, ces zones ne sont pas cliquables, mais plutôt tactiles (sensitives). Elles s’avèrent toutefois agréables à utiliser et apportent une réelle plus-value sur certains jeux.

  • Asus ROG Phone II

    © LaboFnac

  • Asus ROG Phone II

    © LaboFnac

  • Asus ROG Phone II

    © LaboFnac

L'écran

Grand modèle oblige, le ROG Phone II profite d’une dalle de 6,59 pouces qu’aucune encoche ne vient entamer : un bon point pour le confort de jeu – l’image n’est jamais amputée d’une zone potentiellement utile – et un peu moins pour la compacité de l’ensemble. La dalle, qui repose sur la technologie AMOLED, occupe néanmoins 80 % de la façade du smartphone. Elle offre une définition suffisante de 1080 x 2380 pixels, la finesse d’affichage convenant à tous types d’usages. Elle se traduit par une résolution de 390 ppp, légèrement moindre que les smartphones haut de gamme concurrents, dont les scores dépassent souvent les 400 ppp.

Asus ROG Phone II

© LaboFnac

Néanmoins, le ROG Phone II séduit par d’autres qualités. Asus a soigné sa copie sur les différents éléments que nous avons testés. Le contraste est ainsi élevé : nous l’avons mesuré à 634:5. La colorimétrie, si l’on excepte des décalages perceptibles dans le rouge, est maîtrisée. Les vert, bleu et cyan sont restitués avec précision, le tout produisant un delta u’v’ moyen de 0,011. Le gamma, soit la capacité d’un écran à restituer les dégradés, est quant à lui très convenable, et la directivité est limitée. La lisibilité reste donc bonne, même lorsque l’écran est tenu de côté. Lorsque, de face, 221 cd/m2 sont mesurés, 208 cd/m2 restent perceptibles à 15°, puis 163 cd/m2 à 30° et enfin 97 cd/m2 à 45°. De bons scores qui confirment que le ROG Phone II permet de profiter pleinement des jeux qu’il est capable de faire tourner. Ajoutons un taux de rafraîchissement de 120 Hz, le plus élevé du marché mobile actuel, et particulièrement confortable dans le cadre de jeux demandant précision et rapidité.

Asus ROG Phone II

© LaboFnac

Ecran

Respect des couleurs Contraste et progressivité Directivité Densité
8.37.910390.2

L'interface utilisateur

Si l’extérieur du smartphone reste relativement sobre, c’est en revanche une autre paire de manches pour son interface ROG UI qui assume pleinement son orientation gaming. Le noir et le rouge électrique sont par exemple ici à l’honneur. Mais si cela ne vous plaît pas, vous avez bien sûr la possibilité de choisir un thème moins marqué. Cette interface ROG UI a en effet été bâtie sur ZenUI 6. Et il est possible d’activer cette dernière à tout moment. Vous bénéficierez alors d’un rendu plus dépouillé, et surtout plus consensuel. Pour le reste, on retrouve le fonctionnement habituel d’Android, sur lequel nous n’allons pas nous étendre.

Nous allons ici plutôt nous concentrer sur les optimisations de ROG UI. Si on apprécie les très nombreuses possibilités de personnalisation des icônes de raccourcis dans la zone de notifications, c’est surtout dans les options liées au jeu que l’interface se démarque. Et notamment par le biais de Game Genius. Sous ce nom qui rappellera quelques souvenirs aux joueurs les plus âgés se cache un panneau qu’il est possible de faire apparaître à tout moment sur la gauche de l’écran. Il regorge d’options et de possibilités, comme la diffusion en direct en toute simplicité de vos parties sur YouTube ou Twitch. C’est là également que vous retrouverez des informations en temps réel sur le comportement des processeurs, de la carte graphique, le nombre de fps ou encore de la température de l’appareil. Enfin, vous pouvez aussi programmer de véritables macros, ou encore décider d’allouer plus de ressources de puissance pour le jeu vidéo.

Mais ce qui nous a le plus intéressés est sans conteste les possibilités de paramétrage des touches tactiles. À commencer par les AirTriggers évoqués plus haut. Vous pouvez ainsi décider d’allouer à l’un de ces AirTriggers n’importe quel bouton tactile présent dans un jeu. Le paramétrage est très simple et peut vraiment améliorer la maniabilité de certains titres qui concentrent beaucoup de boutons sur l’écran, à l’image de Call of Duty Mobile ou de PUBG Mobile par exemple. Encore mieux : si vous connectez une manette au ROG Phone II, vous pouvez aussi “mapper” n’importe quel bouton virtuel sur un bouton physique. Il s’agit là d’un outil puissant, qui permet de parfaitement manipuler avec une manette n’importe quel jeu à la base uniquement pensé pour une maniabilité tactile. Cette fonction est si bien intégrée qu’elle peut justifier à elle seule l’achat du smartphone pour les joueurs qui cherchent ce genre de solution.

Les performances

Conçu pour offrir la meilleure expérience de jeu possible, le ROG Phone II intègre évidemment le chipset le plus rapide du moment, à savoir le Snapdragon 855+. Celui-ci inclut pour rappel huit cœurs Kryo 485 cadencés entre 2,96 GHz et 1,78 GHz côté CPU et un GPU Adreno 640. Gravé en 7 nm, l’ensemble est de plus accompagné d’au moins 8 Go de RAM et, pour la version que nous testons, de 12 Go de RAM. Une configuration pour le moins solide, mais qui ne permet pourtant pas au second smartphone gaming d’Asus de briller sur notre banc d’essai, sans doute en raison des conditions qu’imposent notre protocole de test. Rappelons en effet que les smartphones sont éprouvés dans leur configuration d’usine, laquelle exclut généralement les profils hautes performances au profit de l’autonomie.

C’est donc le cas pour le ROG Phone II, auquel il aura fallu 85 ms pour exécuter notre séquence JavaScript comptant le moins d’items (5000). Elle s’est donc affichée à 12 fps. En comparaison, les autres modèles haut de gamme montent généralement sans peine au-delà des 15 fps, quand les derniers iPhone frôlent les 40 fps. On note cependant une baisse de régime plutôt contenu à mesure que des items sont ajoutés à notre script, les paliers de test supérieurs ayant donné des temps de 146, 184 et 255 ms, soit 7, 5 puis 4 fps. Les résultats sont donc moyens dans l’ensemble, mais pas catastrophiques. Quoi qu’il en soit, le ROG Phone II ne montre que très rarement des signes de faiblesse à l’usage, et un mode X est proposé pour les applications les plus gourmandes, comme les jeux bien sûr.

La photo et la vidéo

Si ce n’est pas le domaine dans lequel le ROG Phone II est le plus attendu, il hérite néanmoins de ce qu’Asus propose de mieux puisque l’on retrouve l’équipement du Zenfone 6. Les utilisateurs pourront donc profiter d’un module principal associant le capteur IMX586 de 48 mpx de Sony à une optique grand-angle équivalente à 26 mm et ouvrant à f/1.8, auquel s’ajoute un module ultra grand-angle (125°) de 13 mpx. Le tout est cependant bloqué à l’arrière du smartphone plutôt que monté sur un support amovible et pouvant basculer vers l’avant, où s’ajoute donc un troisième module dédié aux selfies de 24 mpx. L’ensemble est évidemment assorti de divers modes, dont un mode portrait aux résultats assez convaincants.

Éprouvé au sein de notre Labo, le module principal du ROG Phone II s’est montré particulièrement convaincant en accouchant de clichés très homogènes et autorisant des recadrages importants. Même en lumière tamisée (250 Lux), le smartphone gaming tient la route. S’il ne fait pas aussi bien que les meilleures élèves de la discipline comme le Pixel 4, le traitement logiciel se montre assez doux avec un lissage certes visible, mais permettant de conserver une bonne quantité de détails. La restitution des couleurs est un peu plus problématique, les scènes pouvant paraître sombres et ternes. Des aberrations chromatiques ont en outre pu être constatées, mais l’optique grand-angle choisie par Asus laisse autrement apparaître peu de défauts.

Le ROG Phone II fait donc un bon appareil d’appoint pour le quotidien, d’autant qu’il propose également un module ultra grand-angle de 13 mpx pouvant se montrer utile pour compenser un manque de recul. Les clichés sont plutôt détaillés et présentent assez peu de déformations, mais se montrent tout de même décevants en basse luminosité. Le smartphone d’Asus n’est pas encore tout à fait au niveau de ce que proposent les P30 de Huawei par exemple, et l’on regrette en outre l’absence de troisième module pour le zoom.

L’appareil intégré à l’avant, malgré sa résolution élevée de 24 mpx, se montre lui plus décevant. Nous avons constaté un manque de netteté au centre des clichés. Un défaut d’autant plus gênant que l’appareil devrait évidemment servir majoritairement à réaliser des autoportraits, le sujet étant alors généralement centré. Un manque d’homogénéité global est d’ailleurs à signaler et les possibilités de recadrage en pâtissent inévitablement, ce qui est toutefois moins grave pour ce type de clichés. S’il on ajoute à cela les faibles performances constatées en basse luminosité, il reste finalement bien peu de qualités à porter au crédit de cette caméra de 24 mégapixels en dehors de son optique convenable, en dépit d’une tendance à générer des aberrations chromatiques plus ou moins visibles.

Pour finir, le ROG Phone II permet de filmer en 4K jusqu’à 60 fps à l’arrière, tandis que la caméra avant limite l’enregistrement à 1080p et 30 fps.

Photo & vidéo

 
5.7

Le rendu audio

Avec sa sortie jack 3,5 mm couplée à un DAC 192kHz/24-bit pour la lecture Hi-Res et des haut-parleurs stéréo disposant chacun d’un amplificateur NXP dédié en façade, le ROG Phone II sort également le grand jeu en audio. Il est en outre à noter que le DTS:X est supporté aussi bien via la prise casque que sur haut-parleur pour offrir du son surround virtuel avec les contenus qui le permettent.

Côté haut-parleur, le grand gabarit du smartphone autorise une puissance de sortie confortable. Néanmoins, il est peu surprenant de constater que les basses sont peu représentées à l’écoute, tandis que les médiums et hauts médiums sont à l’honneur : une bonne chose pour la restitution des voix.

Réponse en fréquence

Audio

Sortie casque Casque HP
5.15.37.1

La qualité de réception (performances radio)

Alors que la 5G est progressivement déployée à travers le monde – et bientôt en France, d’ailleurs – et que le Snapdragon 855+ est disponible dans une version compatible, Asus a décidé de s’en passer pour le ROG Phone II. Le smartphone est donc compatible 2G, 3G et 4G (jusqu’à la cat.18 en montée, et jusqu’à la cat.20 en descente sur les réseaux qui le permettent), et il offre dans la plupart des cas une connexion solide. Tout juste avons-nous pu constater un petit manque de sensibilité en 2G, alors que l’orientation du second ROG Phone risque d’impacter la réception 3G. Presque rien à redire en 4G non plus. En dehors d’une sensibilité moindre constatée sur la bande 7 (2600 MHz), le smartphone assure une connexion stable et rapide sur l’ensemble des bandes utilisées pour notre test (1800 MHz, 800 MHz, 1950 MHz et 725 MHz).

Communication

2G 3G 4G
7.389.2

L'autonomie

Les usages gaming comptant parmi les plus énergivores, Asus a affublé son ROG Phone II d’une batterie dont la capacité excède de loin celle des smartphones standard. C’est donc un accumulateur de 6000 mAh qui l’équipe, augmenté d’un système de charge rapide 30W, et compatible avec une charge inversée 10W. Le smartphone peut ainsi occasionnellement se muer en batterie externe pour alimenter (via son port USB Type-C) un autre appareil. Évalué au sein de notre Labo, le ROG Phone II s’est classé parmi les smartphones les plus endurants de l’année, sans toutefois atteindre la première marche de notre podium. Il a ainsi enduré 15h d’usage avant extinction lors de notre test JavaScript, quand la moyenne des smartphones du moment s’établit plutôt autour de la dizaine d’heures. Le mobile convainc un peu moins au rayon du temps de charge, puisqu’il demande 2h17 pour passer de 0 à 100% de batterie. Dommage également que la charge sans fil ne soit pas au menu.

Autonomie

Note d'autonomie Temps de charge
2:17
10

Conclusion

Le ROG Phone premier du nom nous avait agréablement surpris, mais souffrait quand même de quelques défauts gênants pour qui voulait utiliser son mobile pour autre chose que du jeu. Asus a entendu les critiques et corrige le tir avec brio avec son successeur, le ROG Phone II ici testé. Ce modèle est avant tout le meilleur smartphone dédié aux jeux vidéo disponible à date. Le constructeur a su allier une puissance de feu impressionnante sur le plan matériel avec une optimisation logicielle parfaite pour profiter des jeux en situation de mobilité. Au-delà de cette performance remarquable, l’appareil profite cette fois d’une fonction photo enfin à la hauteur, notamment pour le module principal. Ajoutez à cela un écran de très bonne facture et une excellente autonomie, et vous obtiendrez un smartphone qui brille pour le gaming, mais qui sait aussi faire bonne figure au quotidien.

Note technique du Labo

Autonomie

Note d'autonomie Temps de charge
2:17
10

Ecran

Respect des couleurs Contraste et progressivité Directivité Densité
8.37.910390.2

Photo & vidéo

 
5.7

Communication

2G 3G 4G
7.389.2

Audio

Sortie casque Casque HP
5.15.37.1

Test réalisé par

Contenus associés

Produits similaires

Partager ce test :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.