LaboFnac

Test Labo des Jaybird Run : pour le sport sans-fil

Jaybird Run

Adressés prioritairement aux sportifs, les Jaybird Run remplissent pleinement leur objectif et permettent de s’entraîner en musique sans avoir à se soucier de les perdre en cours de route ou de se prendre les mains dans des câbles. Il n’y en a tout simplement pas. Le Bluetooth assure ici la liaison entre les écouteurs ainsi qu’avec la source audio, alors que l’autonomie ne devrait pas trop poser de problème avec un peu plus de 4 heures mesurées au Labo. L’étui de rangement fourni, avec des embouts de différentes tailles également, permet en outre de tripler ce temps sans qu’il n’y ait besoin de trouver une source de courant. Côté audio, les Run confirment leur positionnement sportif avec une mise en avant des basses qui permettra de rythmer davantage les entraînements. L’application compagnon fournit néanmoins des égaliseurs personnalisables afin de moduler le rendu si besoin, en plus de proposer une sélection de playlists sportives et un profil alternatif pour les commandes assignées aux boutons des écouteurs, évidemment résistants à la sueur. Avec aussi une bonne gestion de la distorsion et une excellente sensibilité, les premiers écouteurs True Wireless de Jaybird pourront finalement faire une bonne solution pour l’écoute urbaine en général. D’autant que leur faible isolation permettra de rester attentif aux bruits extérieurs.

Note technique du Labo

  • - 100 % sans fil
  • - Résistance à la sueur
  • - Boutons paramétrables
  • - Faible distorsion et excellente sensibilité
  • - Sensation de glissement dans l'oreille
  • - Faible isolation
  • - Latence de 650 ms !

A partir de 116€78 sur Fnac.com Acheter

Comme beaucoup d’autres fabricants d’accessoires audio, Jaybird a fini par se lancer sur le segment florissant des écouteurs True Wireless en 2017, tout en gardant bien sûr les sportifs en ligne de mire. Avec leurs noms, les Jaybird Run laissent même penser qu’ils s’adressent plus particulièrement aux coureurs. Sont-ils donc au moins en mesure de les satisfaire et peuvent-ils faire un bon choix pour des profils peut-être un peu moins sportifs ? Réponse dans notre test.

Jaybird Run

L’ergonomie et le design

Les Jaybird Run se présentent dans une boîte de transport en forme de pilule et suffisamment petite pour tenir aisément dans une poche de veste, tandis qu’elle pourra faire office de chargeur lorsqu’ils y sont rangés. Des empreintes permettent de bien les caler à l’intérieur pour qu’ils ne bougent pas et, surtout, qu’ils restent en contact avec les connecteurs à six fiches. Le boîtier, lui, se recharge via un port microUSB à l’arrière et des témoins lumineux permettent de suivre son niveau de charge, en plus de celui des écouteurs. L’ensemble a donc été conçu intelligemment, mais attardons-nous désormais davantage sur les écouteurs eux-mêmes.

Jaybird Run

En dehors de l’orientation, évidemment différente pour chaque oreille, ils sont parfaitement identiques et s’articulent autour de petits boîtiers ovales. Une petite excroissance vient former l’embout à insérer dans l’oreille sur l’intérieur, tandis qu’une ailette prolonge le revêtement en caoutchouc du tour afin de les caler contre le pavillon de l’oreille et d’en améliorer le maintien. Écouteurs sportifs oblige. En pratique, cela fonctionne assez bien puisque jamais lors de nos tests, et notamment quelques footings, ils n’ont glissé hors des pavillons, malgré l’impression d’une tenue relativement lâche. Au final, ils ne sont donc pas des plus agréables à porter, la crainte de les perdre restant tout de même bien présente.

Jaybird Run

On se retrouve donc assez fréquemment à essayer de les repositionner en vain, ce qui finit généralement par un clic malencontreux sur les boutons qui recouvrent la face extérieure des Jaybird Run. Dommage. Ceux-ci se montrent néanmoins assez pratiques puisqu’ils permettent de commander la lecture et répondre à un appel, à droite, tandis que celui de gauche active l’assistant vocal des smartphones (Google Assistant sur Android, Siri sur iOS). Il est de plus possible d’opter pour une seconde configuration permettant, à la place, le réglage du volume sonore. Une bonne chose. Il aurait évidemment été préférable de pouvoir accéder à l’intégralité des réglages en même temps, mais le format ne s’y prête pas vraiment.

Jaybird Run

On notera par ailleurs que l’écouteur droit peut également s’utiliser seul, et que la construction des Jaybird Run apparaît assez soignée malgré l’usage abondant de plastique. Ils sont en outre résistants à la pluie comme à la sueur pour les virées sportives et associées à une application mobile permettant, outre le jonglage entre les deux profils de commandes  évoquées plus tôt, de créer des égaliseurs et de trouver facilement des playlists sportives sur Spotify après un appairage simple et rapide en Bluetooth. Dernier point, mais non des moindres, les écouteurs True Wireless de Jaybird limitent très bien les fuites de son et éviteront à votre entourage d’avoir à écouter votre musique si vous les utilisez dans les transports en commun par exemple.

Jaybird app

Confort

 
16

Perturbation

La qualité audio

Difficile d’attendre le même niveau de précision avec des écouteurs sportifs qu’avec des écouteurs classiques, les fabricants aimant généralement mettre en avant les basses pour rythmer les entraînements. Jaybird ne fait pas exception. Les mesures du labo révèlent même une très nette préaccentuation dans le bas du spectre, sans pour autant que le reste ne paraisse trop écrasé. La courbe fréquentielle montre d’ailleurs des médiums bien en place ainsi qu’une assez bonne tenue dans les aigus, jusqu’à 8 kHz environ. Le rendu n’est certes pas parfait, mais se révèle donc correct en comparaison de ce que peuvent proposer d’autres écouteurs du genre, avec l’avantage de pouvoir ici profiter d’une certaine flexibilité grâce aux égaliseurs prédéfinis et personnalisables disponibles dans l’application compagnon.

Réponse en fréquence

Les Jaybird Run offrent avec une cela une excellente sensibilité, relevée à 96 mV avec notre programme de simulation et qui permettra de profiter d’un bon niveau d’écoute à partir de tous types de source. Il est même possible de pousser le volume assez haut sans trop perdre en qualité grâce à une distorsion globalement bien maîtrisée. L’utilisation est en revanche déconseillée pour le visionnage de films en raison d’un temps de latence beaucoup trop élevé : 650 ms.

L'isolation (passive)

Comme la plupart des écouteurs dépourvus de système de réduction active du bruit, l’isolation n’est pas le point fort des Jaybird Run. Les aigus sont à peine réduits, et l’efficacité diminue encore vers le bas du spectre jusqu’au niveau zéro dans les graves. Il sera donc difficile de profiter pleinement de sa musique dans des environnements bruyants, mais cela peut aussi faire un bon point pour les sportifs qui s’entraînent en ville, ou les citadins en général.

Isolation

Isolation passive

Isolation graves Isolation mediums Isolation aigus
355

L'autonomie

Jaybird annonce 3 heures d’autonomie pour ses premiers écouteurs True Wireless. Une estimation prudente puisque ce n’est qu’après 4 heures et 8 minutes d’écoute, à niveau moyen, qu’ils ont rendu l’âme dans notre labo. Ajoutées aux deux cycles de charge promis avec l’étui de rangement fourni, les Jaybird Run devraient donc être en mesure d’offrir plus de 10 heures d’écoute en déplacement. Il faudra par ailleurs prévoir 2h11 pour les recharger.

Conclusion

Adressés prioritairement aux sportifs, les Jaybird Run remplissent pleinement leur objectif et permettent de s’entraîner en musique sans avoir à se soucier de les perdre en cours de route ou de se prendre les mains dans des câbles. Il n’y en a tout simplement pas. Le Bluetooth assure ici la liaison entre les écouteurs ainsi qu’avec la source audio, alors que l’autonomie ne devrait pas trop poser de problème avec un peu plus de 4 heures mesurées au Labo. L’étui de rangement fourni, avec des embouts de différentes tailles également, permet en outre de tripler ce temps sans qu’il n’y ait besoin de trouver une source de courant. Côté audio, les Run confirment leur positionnement sportif avec une mise en avant des basses qui permettra de rythmer davantage les entraînements. L’application compagnon fournit néanmoins des égaliseurs personnalisables afin de moduler le rendu si besoin, en plus de proposer une sélection de playlists sportives et un profil alternatif pour les commandes assignées aux boutons des écouteurs, évidemment résistants à la sueur. Avec aussi une bonne gestion de la distorsion et une excellente sensibilité, les premiers écouteurs True Wireless de Jaybird pourront finalement faire une bonne solution pour l’écoute urbaine en général. D’autant que leur faible isolation permettra de rester attentif aux bruits extérieurs.

Note technique du Labo

Isolation passive

Isolation graves Isolation mediums Isolation aigus
355

Confort

 
16

A partir de 116€78 sur Fnac.com Acheter

Test réalisé par

Contenus associés

Produits similaires

Partager ce test :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.