LaboFnac

Test Labo du Sony KD-55AF9 : encore plus de son

Sony KD-55AF9

Sony a revu sa copie avec le KD-55AF9 qui succède au KD-55A1, qui s’était notamment illustré avec sa partie audio. Face à la concurrence qui se dessine, notamment chez Philips, dont l’OLED903 a été équipé en partenariat avec Bowers & Wilkins, le constructeur a décidé de doubler la donne. Ainsi, l’AF9 intègre encore plus de haut-parleurs et se veut capable de faire office d’enceinte centrale dans le cadre d’un Home Cinéma. La qualité des images est à l’avenant grâce à des noirs parfaits offerts par la technologie OLED et un contraste impressionnant. Toutefois l’AF9, n’est pas exempt de défauts, à commencer par des couleurs qui pourrait gagner en richesse, et une uniformité qui laisse à désirer à ce niveau de prix.

Note technique du Labo

  • - La partie audio exceptionnelle
  • - Le taux de contraste
  • - La possibilité d’intégrer le téléviseur comme enceinte centrale dans un Home Cinema
  • - La richesse des couleurs
  • - L’uniformité de la dalle de 55 pouces
  • - La conception incompatible avec une barre son posée devant l’écran

A partir de 2272€77 sur Fnac.com Acheter

Successeur du KD-55A1, l’AF9 est le tout dernier téléviseur haut de gamme de Sony. Que vaut cette nouvelle génération face aux modèles concurrents ? Nous avons, pour le savoir, évalué la version 55 pouces du téléviseur au sein de notre Labo.

L'ergonomie et le design

Après un premier jet avec le KD-55A1 qui s’était notamment illustré par son excellente partie audio, puis l’AF8 plus pratique et plus abordable, Sony propose déjà la troisième génération de sa gamme de téléviseurs OLED. Et malgré son nom qui laisse à penser que l’AF9 succède à l’AF8, c’est en fait le KD-55A1 qu’il vient remplacer.

Sony KD-55AF9

© Sony

De face, le design semble inchangé, avec toujours une inclinaison de la dalle de quelques degrés et le même cadre épuré aux bords d’écran extrêmement fins.

Sony KD-55AF9

© Sony

C’est surtout à l’arrière que l’AF9 marque sa différence avec l’A1. En effet, s’il conserve la béquille qui renferme la connectique et la partie audio, celle-ci s’habille d’un cache au formes triangulaires plutôt que d’une toile acoustique. Relativement épaisse, la béquille implique un espace suffisant pour poser le téléviseur sur un meuble qui devra être relativement profond.

Sony KD-55AF9

© LaboFnac

Comme sur l’A1, tous les ports de l’AF9 prennent place dans la béquille. Le téléviseur dispose ainsi de quatre entrées HDMI 2.0b, de trois ports USB, d’une sortie audio numérique optique, des connecteurs d’antenne et d’une sortie casque. Les connexions sans fil sont également de la partie avec le Wi-Fi ac et le Bluetooth 4.2.

Notez qu’une des entrées HDMI prend place sur un côté de la béquille au même titre que le d’un port PCMCIA. De la même façon un des ports USB est également intégré sur l’autre côté pour un accès rapide. Un système de gestion des câbles est également prévu à la base de la béquille pour les faire disparaître totalement sous le cache.

Sony KD-55AF9

© LaboFnac

Comme son prédécesseur, l’AF9 dispose d’un système audio bien plus avancé que la majorité des téléviseurs du marché. Mieux, celui-ci va encore plus loin que l’A1 en intégrant désormais six tweeters de 13 W chacun et deux woofers de 10 W chacun. Sony propose toujours sa technologie Acoustic Surface qui met à profit les haut-parleurs qui sont intégrés directement au dos de la dalle en verre afin de la faire vibrer et générer du son. L’AF9 hérite ainsi des excellentes prédispositions de son prédécesseur en matière d’audio, avec toujours un rendu puissant et de vraies basses qui font généralement défaut aux téléviseurs concurrents. Des qualités d’autant plus appréciables que le design de l’AF9 ne permet pas l’ajout d’une barre de son, mais les plus exigeants pourront toujours se tourner vers une installation Home Cinema classique et même utiliser le téléviseur comme voie centrale. Sony propose en outre ses technologies maison avec ClearAudio+ qui affine automatiquement le son en fonction du programme regardé, ou encore S-Force Front Surround qui reproduit les champs sonores tridimensionnels grâce à seulement deux haut-parleurs avant.

Sony KD-55AF9v

© LaboFnac

Pas de changement côté système avec Android TV 8.0 Oreo et son interface qui a été revue récemment. Celle-ci ne dépaysera pas les habitués des smartphones qui utilisent le système d’exploitation de Google mais les autres devront s’habituer à la profusion d’icônes. La navigation est fluide et les applications sont nombreuses. Pour les amateurs, Netflix et YouTube bénéficient d’un bouton d’accès direct sur la télécommande. Android TV propose également des fonctionnalités avancées telles que le Chromecast qui permet de diffuser du contenu à partir d’un terminal mobile, ou encore Google Assistant. À l’instar des enceintes connectées compatibles, Google Home en tête, pas besoin d’appuyer sur un bouton ou d’utiliser la télécommande. En effet, l’AF9 dispose de deux micros qui permettent d’invoquer l’assistant en disant « OK Google ». En revanche s’il est possible de lui poser n’importe quelle question ou de lancer la recherche d’une vidéo sur Youtube, la télécommande redevient indispensable pour la sélectionner dans la liste. De la même façon, alors que Google Assistant peut commander des objets connectés tels que les ampoules Philips Hue, il n’est toujours pas possible d’allumer le téléviseur à la voix.

Enfin, la télécommande ne change pas. Relativement chargée, ce n’est pas la plus pratique qui soit, la faute aux flèches de navigation qui sont un peu petites. Néanmoins, il est fort probable qu’on s’y fasse avec un peu d’habitude, d’autant que les touches affichent un léger relief qui permet de les manipuler à l’aveugle dans le noir.

Sony KD-55AF9

© LaboFnac

Les contrastes

Le Sony Bravia KD55A1 est équipé d’une dalle OLED de 55 pouces en 4K UHD (3840 x 2160 pixels). Le processeur 4K HDR X1 Extreme qui équipait l’A1 et qu’on retrouve sur l’AF8 laisse la place à un X1 Ultimate qui prend en charge le traitement d’image. Sony indique que grâce à la technologie Object-based Super Resolution, le téléviseur détecte les objets présents dans les images pour améliorer individuellement leur résolution. Il en va de même pour le contraste avec l’ « Object-based HDR remaster » tandis que l’AF9 met à profit le Big Data pour améliorer le traitement d’image. Deux bases de données sont utilisées, la première pour réduire le bruit à l’écran, la seconde pour un upscaling. Une technologie similaire à celle utilisée par Samsung sur ses derniers modèles 8K.

Sony KD-55AF9

© LaboFnac

Comme pour tous les téléviseurs, nous évaluons le contraste du Sony KD-55AF9 avec une mesure d’homogénéité et une mesure de zonage à l’aide d’une mire à damier. Nous avons relevé une luminosité de 243 cd/m2, soit pratiquement la même chose que l’AF1 (251 cd/m2). La technologie OLED permet d’obtenir de vrais noirs avec des pixels qui sont totalement éteints et aucune fuite de lumière. De fait, on touche ici aux limites de nos outils avec 0,001 cd/m2 et un taux de contraste très élevé de 243 000.

Contraste

Homogénéité Zonage
78

La progressivité

Lors du test de progressivité, nous mesurons d’une part le gamma et d’autre part la directivité. Le premier permet de relever le niveau de lumière émis par l’écran en fonction du niveau de pilotage de la dalle. Le second correspond à cinq zones d’observation du téléviseur avec un angle qui varie de 45 degrés, ce qui correspond aux différentes positions d’observation du téléviseur.

Le signal en sortie du Sony KD-55AF9 est fidèle à la source, malgré des écarts qu’on peut attribuer à la protection de la dalle liée à la technologie OLED. En effet, les panneaux réduisent la lumière émise quand une image fixe est affichée comme c’est le cas lors de nos mesures. Au final, ce phénomène est négligeable et surtout limité à l’affichage des photos.

Sony KD-55AF9

© LaboFnac

Le Sony KD-55AF9 s’est comporté comme son prédécesseur lors du test de directivité, avec une luminosité relevée de 243 cd/m2 au centre de l’image (251 cd/m2 pour l’AF1), de 174 cd/m2 à droite (contre 189 cd/m2 précédemment), et de 172 cd/m2 à gauche (190 cd/m2 avec l’AF1). Là encore, difficile de voir la différence à l’œil nu en regardant un film, par exemple.

Progressivité

Gamma Directivité
8.58.5

La directivité

Pour le test de directivité nous évaluons la dérive en couleur en fonction du point d’observation. Pour ce faire la luminosité est réglée sur la valeur maximale et elle ne varie pas durant le test. Le balayage est réalisé sur plusieurs points avec des positions d’observation différents.

Sony KD-55AF9

© LaboFnac

On se répète mais l’OLED a l’avantage d’offrir des noirs irréprochables et ce aussi bien au centre de l’image que sur les côtés. Et logiquement, il en va de même pour le taux de contraste qui correspond au ratio du blanc sur le noir. Aucune perte de contraste n’est donc à déplorer dans les angles et la directivité est bien maîtrisée. En revanche, celle-ci est plus marquée au niveau des couleurs, comme nous le verrons plus loin.

Directivité

Delta noir Delta couleurs
105

La colorimétrie

Petite déception au niveau de la colorimétrie du Sony KD-55AF9. Non pas qu’il soit mauvais, mais sur le papier, il fait un peu moins bien que le KD55A1. En effet, alors que ce dernier couvrait largement le triangle EBU de référence, l’AF9 est plus en difficulté dans les verts et un peu juste dans les rouges.

Sony KD-55AF9

© LaboFnac

La dérive est moyenne, mais mieux gérée que sur l’A1. Dans tous les cas elle n’a pas d’impact sur la qualité des images.

Couleurs

Richesse Dérive
6.85

L'uniformité

L’uniformité du Sony KD-55AF9 est mesurée à partir des écarts de luminance et de chrominance. L’A1 était juste moyen au niveau de l’écart d’uniformité de luminance avec une perte de lumière de 34 % et l’AF9 ne fait pas mieux avec 39 %. Le niveau de luminosité  le plus faible est atteint en bas à droite de la dalle, avec 103 cd/m2. Le blanc le plus fort est relevé juste en dessous du centre, à 169 cd/m2.

Sony KD-55AF9

© LaboFnac

Enfin, l’écart d’uniformité de chrominance déjà décevant sur l’A1 est encore accentué ici avec un Delta U’V’ de 0,0102 (0,0082 pour l’A1).

Uniformité

Luminance Chrominance
53

Conclusion

Sony a revu sa copie avec le KD-55AF9 qui succède au KD-55A1, qui s’était notamment illustré avec sa partie audio. Face à la concurrence qui se dessine, notamment chez Philips, dont l’OLED903 a été équipé en partenariat avec Bowers & Wilkins, le constructeur a décidé de doubler la donne. Ainsi, l’AF9 intègre encore plus de haut-parleurs et se veut capable de faire office d’enceinte centrale dans le cadre d’un Home Cinéma. La qualité des images est à l’avenant grâce à des noirs parfaits offerts par la technologie OLED et un contraste impressionnant. Toutefois l’AF9, n’est pas exempt de défauts, à commencer par des couleurs qui pourrait gagner en richesse, et une uniformité qui laisse à désirer à ce niveau de prix.

Note technique du Labo

Contraste

Homogénéité Zonage
78

Progressivité

Gamma Directivité
8.58.5

Couleurs

Richesse Dérive
6.85

Directivité

Delta noir Delta couleurs
105

Uniformité

Luminance Chrominance
53

A partir de 2272€77 sur Fnac.com Acheter

Test réalisé par

Contenus associés

Produits similaires

Partager ce test :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.