LaboFnac

Test Labo du Samsung QLED 8K QE55Q950R : la 8K sur 55″, ça donne quoi ?

test Samsung QLED 8K QE55Q950R

Le plus abordable des téléviseurs 8K de Samsung ne fait l’impasse sur aucune des fonctionnalités qui sont disponibles sur le reste de la gamme. Le constat est le même en matière de qualité d’image, même si on s’attendait à mieux sur certains points (progressivité, uniformité et couleurs), surtout eu égard à la diagonale de moindre taille que le 75 pouces que nous avons pu tester précédemment. Quoi qu’il en soit, le Samsung QE55Q950 reste une valeur sûre pour ceux qui veulent passer à la 8K.

Note technique du Labo

  • - La qualité d’image
  • - Les fonctionnalités (Airplay, assistants vocaux, etc.)
  • - Le système Tizen
  • - Le boitier One Connect
  • - La légère dérive des couleurs
  • - La perte de luminosité dans les angles

La gamme de téléviseurs 8K de Samsung s’étoffe avec un nouveau modèle qui affiche cette fois une diagonale de 55 pouces seulement. Forcément plus abordable que ses grands frères, le Samsung QE55Q950 se montre-t-il aussi performant ?

L'ergonomie et le design

Samsung accélère sur la 8K. Non content d’avoir été le premier à commercialiser une gamme complète de téléviseurs 8K, le constructeur n’a pas longtemps tardé à proposer une deuxième génération. Celle-ci s’étoffe encore avec cette fois un modèle de 55 pouces. Une diagonale modeste pour profiter d’une telle résolution, mais qui a le gros avantage d’afficher un prix autrement plus accessible que les autres modèles de 65 à 98 pouces de la gamme 8K.

Samsung QE55Q950R

© Samsung

Forcément il n’y a pas de changement du côté du design Solid Q, qui se traduit par un look minimaliste et une épaisseur relativement conséquente de la dalle, et ce malgré la connectique déportée dans le boîtier One Connect.

Le Samsung QE55Q950R repose sur deux pieds qui peuvent être positionnés près des extrémités du cadre ou vers son centre, au choix. Le téléviseur dispose de quatre entrées HDMI 2.1, de trois ports USB, d’une sortie audio numérique optique, de prises antennes/câble/satellite, d’un port Ethernet RJ45 et d’un connecteur CI+. Les connexions sans fil sont assurées par le Bluetooth et le Wi-Fi. Avec 60 W, la partie audio est relativement puissante, surtout pour un modèle de 55 pouces. En revanche, comme tous les modèles de Samsung, le QE55Q950 ne propose toujours pas de compatibilité avec les formats Dolby Atmos ou DTS:X.

Samsung QE55Q950R

© Samsung

Le téléviseur est animé par le système d’exploitation Tizen qui conjugue fluidité et facilité d’utilisation. L’interface se présente sous la forme d’un bandeau qui vient se superposer à la partie inférieure de l’image et qui donne accès à toutes les fonctionnalités du téléviseur. Le tout avec une télécommande en aluminium du plus bel effet qui a l’avantage d’intégrer un nombre limité de boutons. À l’instar du reste de la gamme QLED, le Samsung QE55Q950 profite de l’intégration d’AirPlay 2 pour connecter les appareils Apple (iPhone, iPad ou encore Mac). Le téléviseur est ainsi automatiquement reconnu comme un périphérique compatible via iOS et macOS. Il peut également piloter les objets connectés de la maison via l’application SmartThings, chose que nous avons pu tester. Outre les produits de la marque, pratiquement tous nos objets connectés de marques tierces ont été reconnus.

Samsung QE55Q950R

© Samsung

Les assistants vocaux n’ont pas été oubliés, puisque Google Assistant et Amazon Alexa complètent le Bixby de Samsung. Ceux-ci permettent notamment de changer de chaîne ou de régler le volume à la voix. Par ailleurs, le Samsung Frame avait lancé l’idée et le QE55Q950 dispose lui aussi du mode Ambiant. Ce dernier permet d’afficher du contenu quand le téléviseur n’est pas utilisé, par exemple des fonds d’écran animés, des informations ou encore un fond interactif capable de s’harmoniser avec le décor de la pièce. Le Samsung QE55Q950 bénéficie en outre d’un mode PC pour se connecter à un ordinateur à distance et d’un mode jeu optimisé.

Samsung QE55Q950R

© Samsung

Comme nous l’avions vu avec la gamme QLED 2019, tous les téléviseurs 8K de Samsung profitent du MLSR (Machine Learning Super Resolution), une technologie basée sur la collecte de données issue de l’analyse de millions de vidéos. En fonction des images à l’écran, le téléviseur peut automatiquement réaliser un upscaling avec le processeur Quantum pour adapter le rendu en temps réel. Le constructeur insiste également sur l’amélioration des angles de vision grâce à une nouvelle structure de dalle qui concentre la lumière émise par le rétro-éclairage dans les cristaux liquides. Celle-ci est ensuite répartie uniformément, ce qui permet au passage d’améliorer le taux de contraste.

Samsung QE55Q950R

© Samsung

Outre la mise à l’échelle, le Samsung QE55Q950 est livré avec l’application The Explorers, préinstallée pour d’ores et déjà profiter de documentaires en 8K à défaut des derniers blockbusters et autres séries à succès.

Les contrastes

La luminosité du Samsung QE55Q950 est un ton en dessous de celle du QE75Q950 qui était déjà en retrait par rapport à la génération Q900R précédente. Nous avons relevé 399 cd/m2 au centre de la dalle tandis que le niveau de noir est toujours aussi excellent à seulement 0,005 cd/m2 (plus ce chiffre est proche de zéro et plus les noirs sont profonds).

Samsung QE55Q950R

© LaboFnac

Comme les autres modèles 8K du constructeur que nous avons testés, les fuites de lumière sont inexistantes avec des valeurs comprises entre 0,001 et 0,003 cd/m2 aux quatre coins du cadre que nous avons apposé sur la dalle du Samsung QE55Q950. Le rapport du blanc sur le noir n’a rien à envier aux modèles OLED, puisqu’il s’établit à 79 800.

Néanmoins, pourquoi ne pas attribuer la note maximale au Samsung QE55Q950 dans ce cas ? Comme son grand frère de 65 pouces, le téléviseur est mis en difficulté lors de notre test réalisé à l’aide d’un damier à carreaux. En affichant six carrés à l’horizontale et cinq à la verticale, nous effectuons des mesures dans quatre carrés blancs et noirs pour relever le taux de contraste. Toutefois, en allumant un carré blanc, les carrés noirs qui se trouvent autour de lui laissent passer de la lumière. Ce n’est pas dramatique, mais avec des téléviseurs de plus en plus performants et pointus, il est nécessaire d’affiner encore les mesures pour refléter la réalité.

Contraste

Homogénéité Zonage
107

La progressivité

La progressivité est évaluée en comparant la courbe de gamma du signal vidéo en sortie du téléviseur à celle du signal de référence en entrée. Celle du Samsung QE55Q950 est correcte, si ce n’est des décrochages à 2 et 15 bits.

Samsung QE55Q950R

© LaboFnac

Dans un deuxième temps, nous avons aussi réalisé des mesures de directivité à partir de cinq zones d’observation avec un angle qui varie de 45 degrés. L’objectif est de simuler les différentes positions d’observation du téléviseur, que vous soyez assis en face de lui ou sur le côté, par exemple. La luminosité chute fortement du centre de la dalle (399 cd/m2) aux angles gauche et droit (152/156 cd/m2 respectivement). Le Samsung QE55Q950 affiche donc une qualité d’image optimale dans l’axe plutôt que sur les côtés malgré la promesse du constructeur sur l’amélioration des angles de vision.

Progressivité

Gamma Directivité
7.86.4

La directivité

Le test de directivité nous permet d’évaluer la dérive des couleurs en fonction du point d’observation. Pour le réaliser, la luminosité est réglée sur la valeur maximale pendant toute la durée du test. Le balayage est effectué sur plusieurs points avec des positions d’observation différentes.

Samsung QE55Q950R

© LaboFnac

Le niveau de noir reste aussi impressionnant dans les angles que dans l’axe de la dalle du Samsung QE55Q950 (0,008 cd/m2). S’il chute fortement dans les angles, le taux de contraste reste supérieur à celui de la plupart des téléviseurs LED. Ainsi, le rapport du blanc sur le noir passe de 79 800 dans l’axe à 19 000 à gauche et 19 500 à droite.

Directivité

Delta noir Delta couleurs
108.7

La colorimétrie

Les téléviseurs QLED nous ont habitués à des couleurs très riches et le Samsung QE55Q950 ne fait pas exception. Le téléviseur couvre très largement le triangle de référence EBU, se payant même le luxe de côtoyer celui en DCI-P3. Toutefois la dérive vient grever la note, notamment dans les bleus.

Samsung QE55Q950R

© LaboFnac

Samsung QE55Q950R

© LaboFnac

Couleurs

Richesse Dérive
9.58.7

L'uniformité

Alors qu’on s’attendait à l’inverse, le Samsung QE55Q950 affiche un écart d’uniformité de luminance plus important que son grand frère de 75 pouces. Rien de dramatique toutefois avec une valeur de 28 % très correcte mais derrière les 22 % du QE75Q950. La luminosité maximale de 335 cd/m2 est atteinte dans le carré situé juste en haut à droite du centre de la dalle. Le minimum de 244 cd/m2 est atteint dans les coins inférieur et supérieur droits.

Samsung QE55Q950R

© LaboFnac

En revanche, l’uniformité des couleurs s’améliore, avec un delta U’V’ de 0,0048 (plus ce chiffre est proche de zéro et plus les couleurs sont fidèles).

Uniformité

Luminance Chrominance
88

Conclusion

Le plus abordable des téléviseurs 8K de Samsung ne fait l’impasse sur aucune des fonctionnalités qui sont disponibles sur le reste de la gamme. Le constat est le même en matière de qualité d’image, même si on s’attendait à mieux sur certains points (progressivité, uniformité et couleurs), surtout eu égard à la diagonale de moindre taille que le 75 pouces que nous avons pu tester précédemment. Quoi qu’il en soit, le Samsung QE55Q950 reste une valeur sûre pour ceux qui veulent passer à la 8K.

Note technique du Labo

Contraste

Homogénéité Zonage
107

Progressivité

Gamma Directivité
7.86.4

Couleurs

Richesse Dérive
9.58.7

Directivité

Delta noir Delta couleurs
108.7

Uniformité

Luminance Chrominance
88

Test réalisé par

Contenus associés

Produits similaires

Partager ce test :

Attention, vous avez déjà 3 produits dans le comparateur : supprimez un de ces produits pour rajouter celui-ci au comparateur.